featured_benni

BENNI

Benni a neuf ans. Négligée par sa mère, elle est enfermée depuis sa petite enfance dans une violence qu’elle n’arrive plus à contenir. Prise en charge par les services sociaux, elle n’aspire pourtant qu’à être protégée et retrouver l’amour maternel qui lui manque tant. De foyer en foyer, son assistante sociale et Micha, un éducateur, tenteront tout pour calmer ses blessures et l’aider à trouver une place dans le monde.

Critique du film

Systemsprenger. Que veut donc dire ce terme qui fait le titre original de ce qui s’appelle Benni chez nous ? C’est ce à quoi répond Nora Fingscheidt, réalisatrice et scénariste, durant tout le film. Un systemsprenger, c’est littéralement une faille du système, une anomalie qui perturbe un ordre établi, pensé comme paisible. Un systemsprenger, c’est ce qu’est malgré elle Bernadette, dite Benni: délaissée par sa mère et atteinte de sévères troubles du comportement, cette jeune fille de 9 ans vit dans un cocon où ses interactions (ou lorsqu’elle est le sujet d’une conversation) ressemblent malheureusement à des scènes de boxe. Et bien que le long-métrage soit sans doute trop long pour ce qu’il raconte, il conserve une fluidité qui étonne perpétuellement; et exploite toute l’émotion qui lui était possible de susciter. 

La tempête avant le calme

Une scène vers la vingtième minutes du film résume presque à elle seule l’intention générale du projet. Benni est au téléphone avec sa mère qui n’assure plus sa garde parentale. Un hôte de foyer pour enfants en difficultés est à côté de l’enfant. Le plan en question est un plan situé à la hauteur de ses épaules, et elle se trouve seule dans le cadre. Durant cette discussion téléphonique, le bokeh de la caméra vient englober Benni dans une bulle ouatée, abstraite, détruisant toute la profondeur de champ possible pour l’enfermer et exacerber cet aparté. Après avoir appris l’impossibilité de sa mère de se déplacer pour lui rendre visite dans la journée, la jeune fille raccroche.

Vient alors une rupture au montage, puisque ce plan en légère plongée sur elle transite vers un plan de demi-ensemble en courte focale à la profondeur marquée, rectiligne et proche de l’asphalte, où on peut la voir discuter avec son hôte éphémère. Les deux personnages sont à gauche du cadre, écrasé dans ce cadre. La grande majorité spatiale de ce même cadre est en effet occupée par une route, qui vient tracer une diagonale dans le plan, et crée ladite profondeur qui évoque une fuite possible vers un hors-champ inconnu annoncé. 

Cette construction scénique précise autant la question de la difficulté relationnelle qu’entretient Benni avec ses compères que l’illusion d’une fuite en avant stricto sensu terrestre. Précisément : le film évoque un double mouvement, qu’il soit social ou physique, dans la réadaptation en société de Benni mais aussi dans le voyage perpétuel qu’elle entreprend, dans l’espoir de trouver un espace fixe de sérénité. Tout le reste du long-métrage présentera les épreuves qu’endurera et/ou franchira cet enfant, qui apprendra donc à s’ouvrir au monde et rompre sa bulle de protection qui la rend violente auprès des autres.

Il n’est donc pas étonnant que le grand point de rencontre de l’enfant avec ses auxiliaires s’esquisse à travers un long plan qui vient chercher les visages d’abord de la jeune fille, puis de son interlocuteur, tous deux de profil et sans aucune coupe. C’est en ce point que Nora Fingscheidt réussit à provoquer une vraie empathie envers cet « enfant sauvage », dont l’appel et la découverte de la nature sont aussi bien une bénédiction qu’un fardeau : quoique parfois réduit à un programme fait de vignettes quelque peu décousues et parfois trop esthétisées, le film émeut par cette identification à la psyché de sa protagoniste, en très grande partie grâce à une grammaire cinématographique très travaillée.

Aussi la partie « sociale » du film, majoritairement filmée via caméra-épaule, vient apporter une porte de sortie au programme éreintant cité plus haut, mais témoigne d’un angle hyper-réaliste du métrage en termes de dialogues et de direction d’acteurs. Loin de tout manichéisme, Benni parvient à également éviter l’écueil doloriste grâce à une gestion des scènes toujours dans un sentiment d’urgence, dans un mouvement permanent qui élude la possibilité d’être lourdingue. Le film anticipe alors un misérabilisme qui aurait été malvenu via cette modification sensible du dispositif.

Une excellente surprise

L’on parvient alors à discerner par cet angle les différents postes sociaux mis en avant dans le film, de leurs méthodes de travail précises jusqu’à la crise de nerfs à cause de cet enfant terrible, grâce à une direction d’acteurs dans le cadre qui permet d’y déceler une vraie hiérarchie via l’espace qu’ils prennent dans la construction des plans. De fait, cela offre une perspective aussi pédagogique, par la segmentation des rôles de chacun, bien qu’ils se retrouvent parfois plus confus, pour le bien des péripéties fictionnelles.

Du côté du casting, difficile de ne pas être admiratif devant la jeune Helena Zengel, qui crève l’écran par sa complexité mais aussi sa recherche de candeur dans un monde qui défile devant ses yeux. Son solide tandem avec Albrecht Schuch (Micha) accroît son animalité et offre une belle catharsis aux deux personnages, à travers des scènes en forêt qui auraient sans doute nécessité une meilleure construction qu’une sorte de montage-clip qui perd en intensité. Mais ces défauts restent minimes : grâce à un vocabulaire stylistique programmé mais simple et entièrement maîtrisé, la réalisatrice de 37 ans réussit à faire de son deuxième film Benni une excellente surprise, bien loin du carcan scolaire que certains exploitent pour des sujets aussi sensibles. 

Bande-annonce

18 mars 2020 (Reporté au 24 juin 2020) – De Nora Fingscheidt, avec Helena Zengel