featured_X-men-apocalypse

X-MEN : APOCALYPSE

4
Sixième sans.

Depuis les origines de la civilisation, Apocalypse, le tout premier mutant, a absorbé de nombreux pouvoirs, devenant à la fois immortel et invincible, adoré comme un dieu. Se réveillant après un sommeil de plusieurs milliers d’années et désillusionné par le monde qu’il découvre, il réunit de puissants mutants dont Magneto pour nettoyer l’humanité et régner sur un nouvel ordre. Raven et Professeur X vont joindre leurs forces pour affronter leur plus dangereux ennemi et sauver l’humanité d’une destruction totale. 

L’ère des apocalypses.

Days of the future past avait laissé le public sur une astucieuse pirouette temporelle permettant un faux-reboot de la saga et des storylines de ses mutants. X-Men : Apocalypse devait donc offrir une seconde jeunesse à la franchise de la Fox portée par la bankable Jennifer Lawrence et le talentueux Michael Fassbender. Pour son 4e opus sous sa direction, Bryan Singer paraissait tout indiqué pour cette cure de jouvence, dont la sortie ne semble pourtant pas intéresser grand monde si l’on se fie l’activité sur les réseaux sociaux. Cette absence de hype signifierait-elle une certaine lassitude du public et de la presse ? Difficile de l’affirmer avec certitude, même si le box-office semble actuellement saturé de sorties super-héroïques. 

La scène post-générique teasait déjà ce volet apocalyptique avec le réveil d’un Dieu mutant depuis les pyramides égyptiennes. Le nouveau chapitre débute donc sur les terres des pharaons par un flashback présentant le protagoniste quasi-omnipotent. Au réveil, Oscar Isaac se retrouve affublé d’une allure et d’un maquillage grotesques qui pénaliseront l’ensemble de ce 6e X-Men ressemblant davantage à une enfilade de médiocres cinématiques qu’à un grand film. Bien sûr, Singer remplit le cahier des charges et offre une flopée de moments grandiloquents et scènes de destruction – c’est devenu un vieux tic dans ce genre de productions – et retrouve quelques fulgurances du précédent volet. Quicksilver a d’ailleurs de nouveau droit à sa scène rétro-cool des plus appréciables. Mais trois minutes paraissent bien mises en perspective avec les cent-quarante autres. 

Pour rafraîchir son nouvel arc scénaristique et attirer de nouveaux spectateurs, les producteurs semblent avoir misé sur de jeunes pousses – certaines sorties du ciné indé (Tye Sheridan) et d’autres du petit écran (Sophie Turner, damoiselle Stark dans Game of Thrones) – mais l’alchimie de ce nouvel « ensemble cast » ne prend pas (encore) malgré les efforts des plus expérimentés qui se battent à leurs côtés (Fassbender et Lawrence font le job, sans trop se fouler). Cet X-Men : Apocalypse apparaît alors comme un nouvel épisode opportuniste, mais inabouti, qui lorgne fièrement vers les spécialistes de la pyrotechnie (Bay, Emmerich) plutôt que sur les cinéastes (plus) audacieux du genre (Nolan, Vaughn…). Malgré elles, quelques scènes prête même à sourire, malgré elles. 

L’heure ne serait-elle pas venue d’ensevelir cette saga avant qu’elle ne glisse vers la médiocrité désolante des spin-off consacrés à Wolverine ? Vu le lent déclin artistique de celle-ci et le désintérêt du public à l’aube de la sortie de ce 6e opus, la question mérite d’être posée.

La fiche

thb_X-Men-Apocalypse

X-MEN : APOCALYPSE
Réalisé par Bryan Singer
Avec James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence…
Etats-Unis – Science-fiction, Action, Fantastique
Sortie : 18 Mai 2016
Durée : 143 min




2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
ynausicaaVikra Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Vikra
Invité
Vikra

C’est très subjectif et pas très étayé cette analyse. Aussi bâclée que le scenario semble t’il. Le reboot / origines des xmen est pour moi une réussite … Jusqu’a la fin du premier first class. Ensuite ça se perd en conjectures et histoires alambiquées pour donner toujours plus de « surenchère » partout. C’est fatiguant lassant et oui les gens en ont surement assez. Mais dans l’immense majorité on voit que les films remplissent les caisses quand même. Les super héros en deviennent lassant et leurs pouvoirs n’ont plus d’intérêt ils sont tous des demi dieux et la population qu’une bande de… Lire la suite »

ynausicaa
Invité
ynausicaa
Je suis déçue de ma projection, beaucoup de blabla et j’ai trouvé le temps long par moment.
Certains personnages sont survolés (euh Psylocke? Angel?).
Je suis déçue certes mais il y a du bon, une bonne équipe même si on sent une certaine redondance. Il sera difficile de renouveler une histoire de super héros, le but étant de sauver le monde. J’avoue, ici, les dommages collatéraux sont peu traités (contrairement à BvS ou Civil War).
Peut être que je vais le prendre pour ce qu’il est, un pur divertissement. Et là, le cahier des charges est rempli.