still_Valley-of-love

VALLEY OF LOVE

5
Mystique

Isabelle et Gérard se rendent à un étrange rendez-vous dans la Vallée de la mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils Michael, photographe, qu’ils ont reçue après son suicide, 6 mois auparavant. Malgré l’absurdité de la situation, ils décident de suivre la programme initiatique imaginé par Michael…

Désert de solitudes.

Propulsé, à la surprise générale, au cœur de la compétition cannoise, Valley of Love fut largement égratigné avant même sa première projection, décrié pour ce qu’il représentait (un énième candidat français) au lieu d’être jugé sur pièce. Parfois rendu responsable d’absences notables en Sélection Officielle (Apichatpong Weerasethakul, Naomi Kawase et Arnaud Desplechin, pour ne citer qu’eux), il s’est heurté à un panel souvent hostile, plus enclin à s’interroger sur le bien-fondé de sa participation que sur sa valeur artistique.

Pourtant, à mi-chemin entre réalité fantasmée et mise en abyme (les personnages centraux se prénomment Isabelle et Gérard, ils sont tous deux comédiens), le nouveau long-métrage de Guillaume Nicloux s’est révélé plus curieux qu’il n’y paraissait. Aussi sobre qu’émouvant, Gérard Depardieu s’y confronte ainsi à une Isabelle Huppert au diapason, portant, avec elle, l’étrangeté et le minimalisme intriguant de ce troublant film sur le deuil.

Face à leur immédiate alchimie, il apparaît d’autant plus dommageable que l’alliance de ces deux monstres sacrés du cinéma soit également l’immense défaut de Valley of Love. Visiblement émerveillé par la qualité de jeu de ses interprètes, Guillaume Nicloux semble, en effet, avoir oublié de leur confectionner un scénario suffisamment bien ficelé, ainsi qu’une mise en scène inspirée, pour soutenir la force de leurs échanges.

Trop effacé (et peut-être écrasé sous d’imposantes références – on pense, par exemple, à David Lynch -), le réalisateur signe un film très paradoxal, étonnamment ambitieux sur le papier mais inconsistant à l’écran. De ces retrouvailles forcées, celles d’un couple qui voudrait remodeler son passé, rattraper ses erreurs, il n’extirpe, dès lors, qu’un embryon de ressources, la vision introspective et mystique d’un auteur vampirisé par son casting.

La fiche

thb_Valley-of-love

VALLEY OF LOVE
Réalisé par Guillaume Nicloux
Avec Gérard Depardieu, Isabelle Huppert …
France – Drame
Sortie en salle : 17 Juin 2015
Durée : 92 min

 




1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
mickael Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
mickael
Invité
mickael
Ce film restera mystique pour moi de A à Z, sans savoir vraiment si j’ai réussi à accrocher ou non.