Valerian et la Cité des Mille Planètes | Première bande-annonce

Dès sa création, EuropaCorp a souhaité tabler sur l’international et la compétition face à la toute-puissance d’Hollywood. Cristallisation des lignes directrices de la société de production dirigée par Luc Besson Valerian et la CIté des Mille Planètes détient désormais sa première bande annonce publique. Le vaisseau est lancé : faut-il y grimper ?

Base bleu nuit, Top coat flashy

Si vous avez esquivé sur vos feeds respectifs les chuchotements et autres rumeurs à propos de Valerian et la CIté des Mille Planètes, en voici un rapide récapitulatif. Adapté de Valérian et Laureline, BD française remontant aux années 70 scénarisée par Pierre Christin et dessinée par Jean-Claude Mézières, Valerian suit les aventures du couple éponyme. Agents temporels dans un futur lointain la Terre est devenue une mégapole et les flics traversent le cosmos et le temps pour le compte du SST, le Service Spatio-Temporel. Un univers teinté de codes SF, donc. Dans la galaxie Valerian, le bestiaire intergalactique est de sortie, tout comme les vaisseaux à hyperespace. Évidemment, à cette échelle, les périls et méchants ne s’attaquent plus à New York mais à l’univers tout en entier. À quelques pas de la SF hardcore et reconnu comme l’un des piliers des space operas, l’univers de Christin et Mézières est à des années-lumière des naïves anticipations à la sauce Ender’s Game et autres Divergente.

Chez EuropaCorp, la marmite est pleine d’un marketing en forme de storytelling tirant à fond la ficelle nostalgique. Pour échapper à une vision exclusivement publicitaire et donner du fond à ce qui ne ressemblerait, en toute ignorance, qu’à une nouvelle affiche de blockbuster à destination du public Young Adult, le service communication d’Europa nous abat la carte du grand amour d’enfance. Où Besson passe des heures, que dit-on, son enfance entière à feuilleter la bande dessinée (par ailleurs excellente), rêvant tout bas de faire un film de ce qu’il imagine là haut dans sa tête. On saupoudre le tout d’une analogie de principe avec Avatar. Le leitmotiv « la technologie n’était pas encore prête pour mes ambitions” est une façon détournée d’indiquer au quidam qu’il va s’en prendre plein les yeux – et qu’il va raquer les suppléments IMAX et 3D au passage.

Un casting comme un traité de libre-échange

Après un début de millénaire un peu galère où les réputations du Cinquième Élément et de Léon se sont quelque peu ternies de petits bides d’audience et de fond, le très discutable Lucy possède au moins le mérite de relancer le nom de Besson de l’autre côté de l’Atlantique. Tant mieux, puisque c’est exactement le marché que vise le bonhomme. L’argument d’autorité en cette faveur, il est à trouver du côté du casting. Anti-héros aux antipodes des protagonistes américains dans la bande dessinée originelle, Valerian est interprété par Dane DeHaan (Chronicle, The Amazing Spider Man 2), sympathique comédien, sans mériter non plus quelconque dithyrambie. Laureline, plus va-t-en-guerre et figure d’action hero bien formée, dans tous les sens du terme, est interprétée par l’imprévisible Cara Delevingne (Anna Karenina, Suicide Squad), dont le casting a sûrement davantage été approuvé par son nombre de followers Instagram qu’autre chose.

valerian bande annonce

Alors que circonspection et sourcil relevé sont déjà de mise, le reste du casting défile. On tend à se demander ce que font Clive Owen, Ethan Hawke, Alain Chabat (!) ou le musicien Herbie Hancock (!!) dans cette galère. Les pragmatiques et le service comm’ d’Europa répondront “une myriade de personnages hauts en couleur dans un univers riche et bariolé”. Soit une jolie phrase vide de sens.  Un joli détour par le marché asiatique avec Kris Wu, et on enfonce le clou. Voilà que les pure players gossips se régalent de la présence de Rihanna au casting dans une scène, pour paraphraser, sexy, sexy et avec une célébrité sexy. Sympa.

 

De l’art d’enterrer la Hype

On persifle, mais il y aurait pu y avoir un décalage dans l’annonce de Rihanna dans Valerian et la CIté des Mille Planètes. Qui n’aurait pas été curieux de punir l’interprète de l’insupportable “Work” en lui faisant enfiler la même combi’ bleu électrique de Maïwenn dans Le Cinquième Élément ? Sauf que nada. Talons, paillette, tenue en dentelle noire et chapeau melon : la mini-séquence laisse déjà prévoir que la scène ne sera pas bien différente d’un vulgaire clip posté un vendredi soir sur YouTube par VEVO. En cherchant à tout prix à concilier plan marketing et patte SF perso, Besson semble déjà confondre nostalgie, retro, kistch et vieillot en tirant dans sa chute les fans originels, par temporalité peu enclins à se farcir toute ces paillettes générationnelles.

Pas vendeuse pour un sou, la bande-annonce expose en filigrane déjà tous les défauts de Valérian, sans les contrebalancer de qualités. Ou même de traits d’espoir. Le nouveau blockbuster d’EuropaCorp tire vers le chemin de tant de ses concurrents américains : une réception critique maussade, un public pas plus réactif, mais à la clef, un nombre d’entrées satisfaisant, surtout porté par un ciblage marketing assommant. Bien triste destin terre-à-terre pour une épopée interstellaire.

Valerian et la CIté des Mille Planètes sortira en France le 26 juillet 2017 au cinéma.




5
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Robin SouriauJulienPad Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Pad
Invité
Pad
Un article vénimeux bien pensant et médisant pour un film jugé et comdanné avant même qu’il ne sorte.
Pad
Invité
Pad
triste aussi
Julien
Invité

Et voilà l’anti-Besson dans toute sa splendeur … On n’a pas le droit de faire des blockbusters « USA » en France ! Ha la France et ses films qui ne servent à RIEN où on prend un budget de dingue pour filmer 2 acteurs dans une salle de bain, dans appart de 70m² sous les toits de Paris, où ils questionnent sur l’existence sur Terre, à travers un rhume mais non, en fait c’est en cancer, mais puisque c’est juste une allergie à l’arrivée. Ce film doit être vendu à l’international ! Voilà pourquoi on prend des acteurs des USA, Angleterre,… Lire la suite »