featured_UNA

UNE NOUVELLE AMIE

6
À découvrir

À la suite du décès de sa meilleure amie, Claire fait une profonde dépression, mais une découverte surprenante au sujet du mari de son amie va lui redonner goût à la vie.

Être une femme.

Librement inspiré d’une nouvelle de Ruth Rendell (The New Girlfriend), Une nouvelle amie est le nouveau long-métrage du très prolifique François Ozon – quasiment un film par an depuis le début de sa carrière de cinéaste. Portée à l’écran en deux temps, d’abord par le biais d’un court-métrage (plus facile à financer), le cinéaste a voulu proposer, à sa façon, une réponse intelligente et subtile à tous les défenseurs de la famille traditionnelle ayant défilé dans la rue. Écrite durant cette période de trouble, cette comédie dramatique a pour mérite de défendre la diversité des compositions familiales et la liberté des orientations sexuelles. 

Par le biais du personnage de David, qui en se travestissant devient Virginia, mais aussi à travers celui de Claire, il défend la pluralité et la complexité des désirs avec ce qu’il faut de finesse et de tact. Le film n’apparait pas comme militant mais il propose une réflexion bienveillante et optimisme. Le message est parfois secondaire, ici il parait nécessaire. Il s’agit de sa principale réussite, qui mérite d’être saluée. 

Contrairement aux idées reçues que l’on pourrait avoir en allant voir Une nouvelle amie, le personnage principal n’est pas celui de David/Virginia mais bien écrit du point de vue de Claire qui, comme le spectateur, découvre le secret de cet ami (comme elle, endeuillé) et qui va avoir progressivement une fascination qui sera difficile à traduire. Ressent-elle de l’attirance, de l’admiration ou utilise-t-elle cette relation peu anodine comme une amitié de substitution, pour faire le deuil de son amie disparue ? 

Car le point de départ du film est le décès de Laura, épouse de David et meilleure amie de Claire, qui va rapprocher les personnages de Romain Duris et Anaïs Demoustier – tous deux impeccables. Ce secret va les souder et leur permettre réciproquement d’aller de l’avant et de s’affirmer en tant qu’individu. En aidant Virginia à se transformer en femme, celle-ci va également se trouver en tant que telle, elle qui a grandi dans l’ombre d’une meilleure amie qui avait toujours un temps d’avance (avec les garçons, dans sa vie…). 

François Ozon, outre son écriture plutôt soignée et sa narration intrigante, a également réussi son ambiance. En tournant une partie de ses scènes au Canada, il a donné à cette comédie dramatique des allures de thriller anglo-saxon. Dans cette banlieue aseptisée très américaine, il y a comme un gout de scandale et de mystère. Pourtant le travestissement n’est pas qu’un prétexte même si celui-ci est aussi un moyen d’évoquer les thèmes de l’émancipation en permettant à ses deux personnages de sortir de leur identité. Certains feront le parallèle avec Laurence Anyways. Pour autant, les deux films ne racontent pas la même chose : un couple se sépare dans celui de Dolan, un « couple » se créé dans celui d’Ozon. 

Avec Une nouvelle amie, François Ozon signe un film sur l’acceptation et sur l’affirmation de soi. Un long-métrage qui, malgré ses maladresses ou ses longueurs, mérite d’être salué pour sa justesse et sa capacité à ouvrir le débat, intelligemment.

La fiche

thb_UNA

UNE NOUVELLE AMIE
Réalisé par François Ozon
Avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz
France – Comédie dramatique
Sortie en salles : 5 Novembre 2014
Durée : 107 min

 

 

Je vous récommande également le très bon papier d’un compère de la blogosphère… 



3
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
CÉSAR 2015 | COUPS DE COEUR ET PRONOSTICSтном ряиWidescreen Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Widescreen
Invité
Widescreen
Ozon réussit – une fois de plus- à concilier originalité de sujet et sensibilité dans sa représentation. Ici, il fait varier toutes les nuances du thème au fur et à mesure de l’intrigue ou par une simple remarque. Avec brio et classe et un soupçon d’ironie. Les acteurs sont au diapason. Un régal de cinéma fr. Bravos.
Ozon, certainement plus mûr, réussi, lui, à développer son histoire et ses personnages au delà du pitch.
trackback
[…] Romain Duris (très bon dans Une nouvelle amie) et Pierre Niney (bluffant dans YSL), mon coeur balance. Si l’un des deux remporte le prix, […]