TOO OLD TO DIE YOUNG | La série de Nicolas Winding Refn

Qui ?

2019 sera l’année de Nicolas Winding Refn. Après le lancement de la version française de sa plateforme de streaming gratuite byNWR.com le 16 mars, le cinéaste change de format et s’essaye à la série avec Too Old To Die Young. Après The Neon Demon, Refn renouvelle sa collaboration avec Jena Mallone et son compositeur Cliff Martinez, et complète son casting avec Miles Teller (Whiplash).

Quoi ?

On ne sait pour l’instant que très peu de choses du scénario, si ce n’est que la série sonde les bas-fonds de la criminalité à Los Angeles, à travers le personnage d’un flic endeuillé par la perte de son coéquipier.

Quand ?

La série sera distribuée par Amazon Prime et débutera le 14 juin prochain.

Refn étant un habitué des tapis rouges depuis Drive, on peut rêver à une présentation des premiers épisodes au prochain Festival de Cannes, comme ce fut le cas pour la saison 3 de Twin Peaks en 2017.

Pourquoi ?

Chaque nouveau film estampillé NWR est un événement en soi. Étendu sur 10 épisodes de 90 minutes chacun, Too Old To Die Young est un projet aussi mystérieux qu’ambitieux. Refn envisage sa série davantage comme un très long film, s’affranchissant des codes traditionnels pour offrir un objet qui s’annonce hors-normes. L’occasion pour le cinéaste d’explorer en profondeur un univers léché et onirique, parsemé d’une violence sanglante qui lui est si cher, qui n’est pas sans rappeler celui de The Neon Demon. Un pari risqué, mais résolument excitant.



Séance spéciale à Cannes 2019



Notre avis

Si Netflix est encore mis à l’écart pour cette 72e édition du Festival de Cannes, le petit écran est pourtant bien à l’honneur avec la présentation de l’épisode 4 et 5 de Too Old To Die Young. Annoncée comme un long métrage de près de 15 heures, la mini-série entend briser les barrières pour transformer notre manière de consommer les fictions du petit écran.

Un choix bien étrange

La présentation de l’épisode 4 et 5 demeure un choix étrange, et rend la critique délicate. En sortant de cette apnée de presque 2h30, force est de constater que le scénario demeure encore trouble. Miles Teller, au charme mystérieux arpente silencieusement les rues sombres de Los Angeles en quête de vengeance. Flic le jour, justicier la nuit, le cow-boy anonyme traque les monstres qui errent dans la ville pour assouvir sa soif de sang. La thématique du double hante le cadre, comme souvent chez Refn : le visage quasi-juvénile de Miles Teller contraste avec la flamme terne de ses yeux, dans laquelle se lit une pulsion de mort.

Une expérience sensorielle

Too Old To Die Young relève alors de l’expérience purement sensorielle. La beauté de la photographie de Darius Khondji exerce alors une force hypnotique. Chaque scène agit comme un puissant venin qui s’infiltre très lentement, jusqu’à infuser totalement. L’emprise est entière. Refn s’affranchit des codes de la série : le temps est étiré à outrance, jamais interrompu par des cliffhangers ou générique. Too Old To Die Young sera sans doute de ces séries que l’on dévore d’un appétit vorace en pleine nuit, comme transporté vers une poésie macabre et lointaine. Le danois explore ses thèmes de prédilection – la violence, le sexe et la mort – qui agissent comme un trio infernal dont ressort pourtant, fait assez rare, un humour assez inattendu. Naviguant entre le dédale infernal de Los Angeles et les grands espaces américains, la série écrit sa propre géographie des Etats-Unis dans une sorte de fantasme macabre.

En attendant la suite

Too Old To Die Young va indéniablement diviser son public, en témoignent les nombreux départs lors de sa présentation au Grand Théâtre Lumière. Peut-être car, pour une fois, ces images-ci doivent se lire sur un petit écran, impression confirmée par Refn. Il y a une liberté du petit écran, du chez soi qui invite son spectateur à morceler son oeuvre pour mieux se la réapproprier. En tous cas, il nous tarde d’être au 14 juin pour découvrir le reste…