THE LEFTOVERS | La fin est proche

À l’occasion de l’ouverture du 8e festival Series Mania, au programme résolument palpitant, le show-runner et scénariste Damon Lindelof et l’acteur Justin Théroux étaient à Paris pour présenter en exclusivité mondiale le début de la saison 3 de The LeftoversLe Grand Rex s’était donc fait tout beau pour accueillir ces deux pointures de la création télévisuelle. Le comédien principal était même venu accompagné de son épouse, la célèbre Jennifer Aniston, révélée par la cultissime sitcom Friends.

Devant une assemblée de fans français, le créateur et son comédien, accompagnés de Christopher Ecclestone et Max Richter, ont parlé brièvement mais avec beaucoup de malice des épisodes finaux à venir. Un petit coucou, quelques réponses évasives et puis c’est tout. On pourrait croire que le rendez-vous a été pris à la légère par les intervenants. Une fois les deux premiers épisodes passés, on comprend mieux : les réponses sont loin, très loin d’être simples après ce que l’on pourrait légitimement qualifier de deux heures d’un joyeux bordel émotionnel.

La fin est proche.

Voilà ce que nous vendaient les trailers de la troisième et ultime saison de The LeftoversPour le créateur de la série, Damon Lindelof, c’est le moment de prouver au monde entier qu’il est capable de finir en beauté après les frustrations qu’avaient pu engendrer, chez les fans, la fin de la très populaire série LostAprès le visionnage des deux premiers épisodes de cette saison 3, nos craintes se sont dissipées : The Leftovers connaîtra une fin glorieuse et jouissive, c’est une certitude.

Rappelons pour les retardataires que la série s’est ouverte il y a bientôt trois ans sur un phénomène incompréhensible : 2% de la population mondiale s’est volatilisé instantanément et sans laisser de traces. C’est à travers les habitants de Mapleton, une petite ville de l’état de New York, que nous allons découvrir ce monde d’après la catastrophe. Parmi eux, Kevin Garvey (Justin Theroux), le shérif de la ville dont la femme et le fils ont fui le foyer familial pour s’enrôler dans des sectes, Nora Durst (Carrie Coon), une femme au foyer qui a perdu son mari et ses deux enfants ce tragique 14 octobre, ou encore Matt Jemison (Christopher Eccleston), un révérend enclin aux théories apocalyptiques dont la femme n’a pas disparu mais est plongée dans un étrange coma depuis. Tous ont en commun de survivre, en proie à une certaine folie puisqu’elle est le seul moyen de trouver une explication à la souffrance qui les rongent.

 

La première saison hautement dramatique nous plonge ainsi dans une société endeuillée, en perte de repère où se développe une violence sourde qui finira par exploser dans un « season finale » en apothéose. Kevin et Nora, qui sont tombés amoureux et sont prêts à commencer une nouvelle vie, décident alors de quitter Mapleton pour Jaden, Texas, dite « la ville du Miracle », la seule ville où personne n’a disparu. Et finalement, si l’on accepte l’idée de miracle tout devient acceptable. Voilà comment, d’une saison 1 très réaliste, Lindelof a réussi le coup de maître de faire une saison 2 fidèle au récit de base mais bien plus mystique, offrant des moments de pure grâce métaphysique (l’épisode 8, Born again, est pour l’instant le meilleur épisode de la série).

Au visionnage des deux premiers épisodes de cette nouvelle saison, il apparaît clairement qu’il a habilement préparé le bouquet final. Cela fait bientôt 7 ans que le grand départ a eu lieu, la vie a repris ses droits et les personnages se sont reconstruits. Une menace invisible pèse pourtant sur ce bonheur durement acquis. 14 jours avant l’anniversaire, 14 jours avant une supposée apocalypse, le compte à rebours se mue en fardeau. Tout peut arriver et beaucoup espèrent obtenir la réponse à cette question qui les hantent depuis le début : pourquoi ?

Pourquoi, ou comment ces millions de personnes ont disparu, autant s’y préparer : nul ne le saura. Ce n’est tout simplement pas le sujet de la série. Le sujet principal de The Leftovers, c’est l’humanité. Comment celle-ci fait face après un événement aussi tragique qu’incompréhensible. Comment elle se reconstruit et en vient à accepter l’inacceptable. Rarement auparavant une série n’avait abordé avec autant de justesse des thèmes aussi profonds. Le sens de la vie, la foi, l’amour, le deuil et toutes les étapes qui l’accompagnent. The Leftovers ne se raconte pas mais se vit, en mettant de côté toute logique et en se laissant porter par le flot tumultueux des émotions de ses personnages qui portent tous en eux une partie de soi.

Cette dernière saison sera certainement la plus riche. Puisque le temps nous est compté, il ne nous reste plus qu’à redéfinir les limites de notre raison.

> > > À voir aussi : la master-class avec Damon Lindelof, au Forum des images.


Après huit ans d’existence, Séries Mania s’est imposé comme le rendez-vous annuel consacré à la création sérielle internationale. Après un énorme succès en 2016, le festival met la barre des ambitions encore plus haute cette saison avec de très nombreux invités, des nouveautés et des projections hors de la capitale ! Séries Mania se déroulera donc dans les salles du Forum des images, les salles partenaires (Grand Rex, l’UGC Ciné Cité Les Halles, l’UGC Normandie, le Centre Georges Pompidou et le Luminor Hôtel de Ville…) mais aussi sous La Canopée du Forum des Halles et même à l’UGC Ciné Cité Rosny. Du 13 au 23 avril 2017.



Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de