featured_Ken-Loach-Cannes-2016

SORRY WE MISSED YOU | Ken Loach ne lâche rien

Qui ?

Incapable de rester à la retraite et toujours en pleine forme lorsqu’il s’agit de dénoncer les dérives outrancières du capitalisme, Ken Loach devrait une nouvelle fois fouler les marches cannoises avec son nouveau film, Sorry we missed you. Connaissant le britannique, on devrait retrouver tous les ingrédients de son cinéma, engagé et humaniste.

Fidèle scénariste du réalisateur, Paul Laverty sera bien sûr de la partie. Et l’on imagine bien que Le Pacte, distributeur/producteur historique, a une nouvelle fois répondu présent pour porter la parole d’une classe ouvrière de plus en plus maltraitée.

Au casting, on retrouve Kris HitchenDebbie Honeywood et Rhys Stone.

Quoi ?

Ricky et Abbie, un couple modeste, tentent de survivre tant bien que mal depuis la crise financière de 2008. Grâce à une fourgonnette, Ricky voit l’opportunité de retrouver une certaine indépendance et la possibilité de gérer une franchise en tant que chauffeur livreur indépendant. Mais il ne devra pas ménager ses efforts. Son épouse, aide-soignante, non plus. La famille sera mise à rude épreuve pour rester soudée et garder la tête hors de l’eau.

Quand ?

Aucune date de sortie a pour l’instant été communiquée mais on peut imaginer qu’il sera prêt pour Cannes et donc en salle courant 2019. Une chose est sûre, le film sera prêt, le tournage ayant eu lieu à l’automne 2018.

Sorry we missed you Ken Loach

Pourquoi ?

Son précédent long-métrage, Moi, Daniel Blake arrivait à un moment où les alternatives politiques à gauche se faisaient bien rares. Sa ténacité se révélait ainsi plus que jamais nécessaire pour pointer l’accroissement de l’injustice sociale et réveiller les consciences endormies dans la résignation. Le film fit écho sur la Croisette puisqu’il repartit avec sa seconde Palme d’Or.

Si l’on n’imagine pas forcément une nouvelle consécration cannoise, son Sorry we missed you devrait débarquer à point nommé, au coeur d’une grogne sociale persistante en France et en Europe. Sa colère et son empathie seront forcément bienvenues.



Lire aussi : notre entretien fleuve avec Ken Loach pour la sortie de Moi, Daniel Blake