featured_Sicario-2

SICARIO 2 : LA GUERRE DES CARTELS

Les cartels mexicains font régner la terreur à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Rien ni personne ne semble pouvoir les contrer. L’agent fédéral Matt Graver (Josh Brolin) fait de nouveau appel au mystérieux Alejandro (Benicio Del Toro) pour enlever la jeune Isabela Reyes, fille du baron d’un des plus gros cartels afin de déclencher une guerre fratricide entre les gangs. Mais la situation dégénère et la jeune fille devient un risque potentiel dont il faut se débarrasser. Face à ce choix infâme, Alejandro en vient à remettre en question tout ce pour quoi il se bat depuis des années…

Transformer le grand vin en piquette.

Alors que le SICARIO de Denis Villeneuve était un thriller immersif acéré et asphyxiant, fouillant les questions éthiques et philosophiques autour de l’interventionnisme américain, mises en exergue par le parcours psychologique du personnage d’Emily Blunt, Sicario 2 est lui dépouillé l’indispensable ambivalence de son aîné, se contentant de n’être qu’un film d’action générique partiellement allégé de sa matière grise. Là où son prédécesseur réussissait une prouesse de funambule, avançant progressivement dans la noirceur en jouant intelligemment avec le spectateur, à la frontière entre le Bien et le Mal, La guerre des cartels bâcle le travail et finit par mordre la poussière en gonflant les pectoraux ou en cherchant le gore à tout prix.

Les lacunes de cette suite superflue sont nombreuses. Outre les absences, pénalisantes, de Denis Villeneuve à la réal, Roger Deakins à la photo, Johan Johansson à la musique, et celle logique mais dommageable d’Emily Blunt à l’écran, les facilités d’écriture jalonnent ce sequel balisé exposant la violence du milieu et le caractère incorrigible de ses protagonistes au lieu de les sonder. Avec son statut bâtard de « film tampon », servant de rampe de lancement à un troisième volet que l’on imagine déjà plus « personnel », Sicario : la guerre des cartels ouvre (avec sensationnalisme) des portes qu’il ne sait comment traverser : les terroristes du Moyen-Orient profiteraient de la frontière américano-mexicaine pour s’introduire aux Etats-Unis et y répandre la peur – ce qui justifierait d’autant plus l’ingérence américaine dans la mayonnaise des cartels. Là où l’humain pourrait avoir remplacé les substances illicites, le message manque de finesse à l’heure où l’Oncle Sam a propulsé sur son trône un mégalo amateur de menaces internationales et de grandes murailles.

Sicario : la guerre des cartels s’impose ainsi comme une prévisible mais notable déception. Car, après tout, comment réussir l’impossible : passer après le formidable volet originel et retrouver cette miraculeuse recette équilibrant avec merveille et fragilité l’essence, la suspension et la tension. À l’impossible, nul n’est tenu. Mieux valait-il rester sur ce prodigieux millésime que de le laisser s’éventer.

La fiche
Sicario 2 affiche

SICARIO LA GUERRE DES CARTELS
Réalisé par Stefano Sollima
Avec Josh Brolin, Benicio Del Toro..
Etats-Unis – Thriller

Sortie : 27 juin 2018
Durée : 96 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de