still_despicable-me-3-agnes

SÉANCE DE RATTRAPAGE | Les films de la semaine

Le troisième volet qui étire le filon : Moi, moche et méchant 3.

Jamais deux sans trois. Après deux volets dont un second nettement en-dessous et un spin-off opportuniste consacré aux Minions, Pierre Coffin et sa team d’Illumination remet le couvert avec Moi, Moche et Méchant 3 où Gru rencontrera son jumeau… Dru. Après les enfants adoptés, la petite amie, voici l’épisode autour du jumeau caché. Comme d’habitude dans Moi, moche et méchant, Agnès est irrésistible et les Minions sont complètement teubés. C’est probablement ce que chacun vient chercher puisqu’il faudra (à nouveau) être clairement indulgent si l’on veut se mettre une bribe d’intrigue digne de ce nom sous la dent. Très peu consistant mais globalement amusant. Rien de plus.

 

Le Alibi.com version girly : Loue-moi.

Sorte de pendant féminin de la comédie débile de Philippe Lacheau, Loue-moi est livré avec quelques émois amoureux en plus. Moins lourdingue et plus sentimental, la romcom du tandem Assous & Schwartz se laisse très paresseusement regarder sans éclat de rire ni véritable moment d’émotion. C’est du prêt à consommer sans saveur mais pas indigeste. Une prestation low-cost.

La romcom qui passe bien : Embrasse-moi

Océanerosemarie et Cyprien Vial ont co-signé la première comédie romantique lesbienne française. En termes de visibilité, Embrasse-moi s’impose donc d’emblée comme un jalon dans la représentation des homosexuelles dans le cinéma tricolore. L’intrigue, elle, est somme toute classique et ne bouleverse pas vraiment les codes du genre. Elle suit le schéma traditionnel rencontre-flirt-quiproquos-dispute-reconquête et s’achève inévitablement par un happy end. Mais on n’en attendait pas le contraire non plus. À conseiller aux fans de romcoms…

La ressortie immanquable : Memories of murder

Sorti en 2003, Memories of murder bénéficie (déjà !) d’une restauration et d’une ressortie sur les grands écrans français. L’occasion pour de nombreux amateurs de polars et/ou de cinéma coréen de découvrir ce monument cinématographique du pays du Matin calme. Thriller d’enquête tortueux, qui n’est pas sans rappeler son pendant américain Zodiac – dont il est cependant l’aîné -, ce film culte revient à point nommé pour débuter l’été par une valeur sûre.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre