featured_SeaFog

SEA FOG

9
Magistral

Capitaine d’un bateau de pêche menacé d’être vendu par son propriétaire, Kang décide de racheter lui-même le navire pour sauvegarder son poste et son équipage. Mais la pêche est insuffisante, et l’argent vient à manquer. En désespoir de cause, il accepte de transporter des clandestins venus de Chine. Lors d’une nuit de tempête, tout va basculer et la traversée se transformer en véritable cauchemar…

L’ombre et la lumière.

Co-scénariste du film Memories of Murder de Joon-Ho Bong il y a dix ans, Sung-Bo Shim laissait entrevoir l’envergure de son talent en proposant un thriller policier très abouti d’un point de vue scénaristique. Aujourd’hui, il ajoute une corde à son arc et entre avec Sea Fog dans le cercle fermé des talentueux réalisateurs sud-coréens.

Après une mise en place tranquille durant la première demi-heure, le récit prend un tout autre tournant et fait basculer ce drame social en huis clos puissant à la tension quasi-insoutenable jusqu’à un épilogue d’une sombre et délicate poésie. Maîtrisant son long-métrage d’un bout à l’autre, Sung-Bo Shim prend le temps d’installer ses personnages et son histoire. Le ton se métamorphose subtilement, transformant progressivement ce bateau en antichambre de l’enfer. Poussé dans ses retranchements, cet équipage sans le sou, d’apparence si tranquille, laisse apparaître l’inquiétant vice de l’homme, parfois si cruel et égoïste quand il est confronté à la terreur. 

Terrifiantes de réalisme, les motivations individuelles de ces pêcheurs prennent naturellement forme pour être poussées jusqu’à leur paroxysme. Face à cela, le tandem Park Yu-Chun/Han Ye-Ri, incarne la lumière au milieu du brouillard. Atout rare et appréciable, chaque protagoniste, du capitaine (incarné par Yun-Seok Kim) au dernier matelot, a sa place dans la narration, évitant le défaut habituel des personnages secondaires sans relief. 

D’une noirceur inouïe et d’une beauté étourdissante, Sea Fog célèbre avec fracas l’émergence d’un cinéaste à travers cette première oeuvre magistrale. Une plongée haletante et angoissante dans les abysses de l’âme humaine.

Tom Left / тном ряи

La fiche

thb_Sea-fog

SEA FOG – LES CLANDESTINS
Réalisé par Sung-Bo Shim
AvecYun-Seok Kim, Park Yu-Chun, Han Ye-Ri…
Corée du Sud – Drame
Sortie en salle : 1er Avril 2015
Durée : 105 min




1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Widescreen Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Widescreen
Invité
Widescreen
Le film renouvelle de manière sidérante le genre du drame en mer. Avec certains excès scénaristique du cinéma asiatique. Mais la noirceur du propos est bien là, où quand la folie des hommes gagne. Évoquant la crise (et toute celles programmés par la dérégulation des marchés venus et à venir) économique asiatique de 1997, dû au FMI, ne faudrait-il pas voir, dans ses personnages obsédés sexuellement, un prolongement de la critique de cet organisme ?
Le décor du chalutier contribue à l’oppression implacable du scénario.