featured_Rock-n-roll-marion-cotillard

ROCK’N ROLL

Fausse bonne idée

Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux.. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la «liste» des acteurs qu’on aimerait bien se taper… Sa vie de famille avec Marion, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux, lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy… Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage. 

Déglingo 2000.

L’auto-dérision, ce n’est pas pour tout le monde. Si certains réussissent à trouver la distance juste et le ton parfait, la majorité des artistes s’étant essayé à l’exercice se sont vautrés. Guillaume Canet, qui n’a pas repris plume et caméra depuis 2013 (pour l’adaptation de Blood ties) se risque à la comédie docu-fiction. Et ne réussit qu’à moitié. Durant la première partie du film, ça marche assez bien. Plutôt malin, le garçon s’amuse de son image, de celle de son épouse et de l’aura mystérieuse qui entoure leur couple malgré l’acharnement des paparazzis les plus coriaces. Si l’entreprise pourra être suspectée de narcissisme, l’acteur-réalisateur parvient à susciter les rires et fait mouche à de nombreuses reprises (Marion Cotillard n’y est pas pour rien, mais qui doutait encore de son potentiel comique après le sketch de L’ours et sa participation à Casting ?). Si Rock’n roll se permet quelques facilités et ne lésine pas sur les « guests », elle fonctionne efficacement durant une heure en sondant la quête désespérée et pathétique de son anti-héros principal – rappelant le (seul ?) bon segment des Infidèles, celui dirigé par Michel Hazanavicius. 

La peur d’être has-been (de ne pas « être rock ») est donc au coeur de Rock’n Roll durant une bonne heure… Puis, pris d’une idée saugrenue, Canet décide d’embarquer son avatar vers une direction grotesque pour s’offusquer du jeunisme de notre société. Tentant le registre de l’absurde, il afflige son personnage d’une tare qui prête vaguement à sourire avant de complètement lasser sur la durée. Les plaisanteries les plus drôles sont les plus courtes mais Canet fonce sans se retourner, ne comptant pas ses efforts pour rendre son protagoniste convainquant dans son burn-out plastique. Malheureusement, n’est pas Dupieux qui veut. 

Partiellement drôle, partiellement réussie, et donc partiellement rock, la première comédie de Guillaume Canet pouvait prétendre à mieux. Mais la sortie de route a lieu, trop tôt pour pleinement convaincre.

La fiche

thb_Rock-n-roll-affiche

ROCK’N ROLL
Réalisé par Guillaume Canet
Avec Guillaume Canet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Camille Rowe…
France – Comédie
Sortie : 15 février 2017
Durée : 123 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de