featured_Quinzaine-des-realisateurs-2016

QUINZAINE DES RÉALISATEURS | Bilan de la Reprise

Quelle belle édition !

Comme chaque année, le Forum des Images organisait une reprise de la Quinzaine des Réalisateurs, quelques jours seulement après la fin du Festival de Cannes. Les échos laissaient présager d’une belle sélection en QDR cette année… Ce fut confirmé avec le visionnage en rattrapages de plusieurs films qui compteront assurément parmi les coups de coeur cinématographiques du public français d’ici la fin de l’année. Retour sur quelques-uns d’entre eux ! 

still_Ma-vie-de-courgette

Ma vie de courgette : petit film au grand coeur

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.

Libre adaptation du roman Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris, Ma vie de courgette a suscité un vif enthousiasme sur la Croisette lors de sa présentation. Film charmant et irrésistiblement amusant, cette version pâte-à-modeler signée Claude Barras et Céline Sciamma (qui représente dix ans de travail) est une jolie réussite célébrant l’amitié et la solidarité. Un film d’animation ludique et pédagogique qui charmera petits et grands. Le public a très bien accueilli le film qui s’est affirmé comme un vrai succès cette année au FDI. 

MA VIE DE COURGETTE – France – Sortie prévue : 19 Octobre 2016. Réalisé par : Claude Barras. Avec les voix de : Gaspard Schlatter, Sixtine Murat, Paulin Jaccoud… Durée : 66 minutes. 8/10

still_Divines

Divines : feu de vie, cri de rage.

Dans une banlieue où se côtoient trafics et religion, Dounia a soif de pouvoir et de réussite. Soutenue par Maimouna, sa meilleure amie, elle décide de suivre les traces de Rebecca, une dealeuse respectée. Sa rencontre avec Djigui, un jeune danseur troublant de sensualité, va bouleverser sa vie.

Caméra d’Or du 69e Festival de Cannes, Divines a fait grand bruit et a reçu un accueil très chaleureux. Film sensation de cette édition 2016, dire que le premier long-métrage d’Houda Benyamina était attendu serait presque un pléonasme. L’affluence lors de la double présentation du film a confirmé la tendance : Divines devrait déplacé les foules. Les films de banlieue, majoritairement trop démonstratifs, s’embourbent souvent dans une bien-pensance didactique fatigante (L’esquive) ou décevant un enfonçage de portes ouvertes (Bande de filles). Ce n’est pas le cas de ce premier film illuminé par l’incandescente Oulaya Amamra qui brûle la pellicule et porte le film sur ses jeunes épaules de la première à la dernière seconde – il ne serait d’ailleurs pas surprenant de la retrouver parmi les nommés au César du melleur espoir féminin. Sa compère à l’écran, Déborah Lukumuena, n’est pas en reste. Ensemble, elles forment un tandem d’une vitalité et d’une complicité déchirantes dans une première oeuvre enragée mais prometteuse et lucide. 

DIVINES – France – Sortie prévue : 31 Août 2016. Réalisé par : Houda Benyamina. Avec : Oulaya Amamra, Déborah Lukumuena, Jisca Kalvanda… Durée : 105 minutes. 7/10

still_l-economie-du-couple

L’économie du couple : Une séparation.

Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. A l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté.

Les pièges tendus sur le chemin sinueux emprunté par Joachim Lafosse étaient si nombreux que l’on craignait (logiquement) une embarrassante sortie de route. Pourtant, loin du mélodrame hystérique et du chantage émotionnel, L’Économie du couple s’impose, a contrario, comme une éblouissante réussite, le meilleur film de son auteur à ce jour. Emmené par les prestations remarquables de ses deux acteurs principaux (Bérénice Béjo, rigide et sensible ; Cédric Kahn, à la fois entêté et émouvant), son septième long-métrage fait ainsi la part belle à une mise en scène précise en plans serrés, suggérant brillamment le climat anxiogène d’une cohabitation désormais subie. Le réalisateur belge y trouve alors miraculeusement tout l’espace nécessaire pour sonder la souffrance de la séparation et établir la radiographie d’un amour perdu qui frappe aussi fort que juste.

L’ÉCONOMIE DU COUPLE – France, Belgique – Sortie prévue : 10 Août 2016. Réalisé par : Joachim Lafosse. Avec : Bérénice Bejo, Cédric Kahn, Marthe Keller… Durée : 100 minutes. 8/10

still_Mean-dreams

Mean Dreams : teenage thriller

Après avoir volé un sac contenant de l’argent de la drogue, un garçon de quinze ans s’enfuit avec la fille qu’il aime tandis que le père de celle-ci, un flic corrompu, les prend en chasse.

Sans regarder la fiche technique de Mean Dreams, difficile de deviner que ce film canadien ne se déroule pas chez son cousin américain. Entre prairies désertes et fermiers aux airs texans, la diagonale du vide traverse clairement les frontières. Sous ses airs de déjà-vu, le film suit sans prétention les traces des cultissimes Badlands et La Nuit du Chasseur, et nous offre un final implacable et salutaire.

MEAN DREAMS – Canada – Sortie prévue : Fin 2016. Réalisé par : Nathan Morlando. Avec : Sophie Nélisse, Josh Wiggins, Bill Paxton… Durée : 100 minutes. 6/10

 

À venir la critique express de Risk de Laura Poitras (Citizenfour)

 separateur

Remerciements : Diana-Odile et Juliette (Forum des images)
 Edition : тном ряи Rédaction : тном ряи / Julian B. / Céline B. 



0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x