featured_Prince-of-texas

PRINCE OF TEXAS

 

DAVID GORDON GREEN – AVEC PAUL RUDD, EMILE HIRSCH – 20 NOV. 2013 – COMEDIE LOUFOQUE. ETÉ 1988. DAVID ET LANCE TRAVAILLENT ENSEMBLE SUR LES MARQUAGES D’UNE ROUTE ENDOMMAGÉE PAR LE FEU. TANDIS QUE L’UN SE LANGUIT DE SA JEUNE ÉPOUSE, L’AUTRE NE PENSE QU’AUX FÊTES ET AUX FILLES…

Premier film visionné faisant partie de la sélection officielle du Festival Paris Cinéma, Prince of Texas est une comédie loufoque réalisée par le cinéaste américain David Gordon Green (All the real girls). Porté par le tandem Paul Rudd – Emile Hirsch autour duquel Prince Avalanche est centré, ce petit film indépendant livre un portrait décalé et attachant de deux losers magnifiques. Si certaines scènes font mouche, soit par l’émotion ou la poésie qui peut s’en dégager, soit par l’humour un peu barge et assumé de David Gordon Green, on regrettera en revanche les nombreuses longueurs du film. Cela n’a pas empêché Prince of Texas de figurer au palmarès du dernier festival de Berlin avec le prix du meilleur réalisateur pour Green. Un petit ovni amusant à découvrir en salles à partir du mois de Novembre 2013. 




3
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
mymp Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
mymp
Invité
Bon, tu sais ce que j’en pense de Youth, intéressant de par son sujet et son propos, mais raté dans sa forme et son rythme. Heureusement que les deux jumeaux interprètes subjuguent totalement dans leur côté brut et bas du front. Si le film mérite un prix, c’est pour eux !
trackback
[…] typiques d’un premier film, Youth mérite d’être vu et se distingue déjà (par comparaison à Prince Avalanche). Le palmarès du Paris Cinema Festival lui réservera t’il une récompense ? Ce ne serait pas […]
trackback
[…] pensera alors plutôt à l’inconsistant Prince of Texas du même réalisateur, Joe se révélant encore plus insupportable. Alors que Green nous imposait […]