featured_Orpheline-adèle-haenel

ORPHELINE

Inégal mais touchant

Portrait d’une femme à quatre âges de sa vie. Petite fille de la campagne, prise dans une tragique partie de cache-cache. Adolescente ballottée de fugue en fugue, d’homme en homme, puisque tout vaut mieux que le triste foyer familial. Jeune provinciale qui monte à Paris et frôle la catastrophe. Femme accomplie enfin, qui se croyait à l’abri de son passé. Quatre actrices différentes incarnent une seule et même héroïne.

Elle(s).

Après avoir dirigé le magnétique Mads Mikkelsen pour Michael Kohlhaas, Arnaud Des Pallières est retourné en région Rhône Alpes avec cette fois un tandem qui avait de quoi faire des envieux. En réunissant les deux Adèle chéries du Cinéma français, le cinéaste s’offrait deux comédiennes capables de porter son récit déconstruit dans sa temporalité, complété par des seconds rôles de choix (Nicolas Duvauchelle, Jalil Lespert, Gemma Arterton…). Mais contre toute attente, ce sont les deux autres segments, avec Solène Rigot et Vega Cuzytek, qui s’avèrent les plus réussis. 

En effet, les deux premiers quarts du film articulés autour de l’âge adulte et la vingtaine du personnage principal demeurent assez poussifs et bien trop rocambolesques pour convaincre. Pis, difficile de croire qu’Adèle E. et Adèle H. sont la même personne tant leurs attitudes, leur état d’esprit et leurs physiques divergent. Enfin, Exarchopoulos se retrouve une nouvelle fois affublée du rôle de la couche-toi là… Il serait désormais intéressant de la retrouver dans un autre type de personnage. Peut-être que Michael R. Roskam lui offrira enfin un rôle pour tourner la page Kechiche ?

Alors que la première heure s’enlise dans de rocambolesques histoires de trafic et de coucheries, la deuxième heure paraît plus aboutie autour des drames de l’enfance et de l’adolescence de la jeune fille, dans laquelle Solène Rigot tire incontestablement son épingle du jeu. Une révélation. 

Avec Orpheline, Des Pallières scinde en quatre parties inégales le destin d’une résiliante rattrapée par son passé. Si son drame n’est pas complètement abouti, il vaudra tout de même le détour pour quelques séquences touchantes et la qualité de son casting.

 

La fiche

ORPHELINE
Réalisé par Arnaud Des Pallières
Avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot, Gemma Arterton…
France – Drame
Sortie : 29 mars 2017
Durée : 111 min




1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
ALLAUZE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
ALLAUZE
Invité
ALLAUZE
film incompréhensible, si l’on a fait comme moi abstraction de la consultation du résumé thématique trop souvent accolé à la fiche horaire de la salle , voire des critiques souvent louangeuses mais un peu trop souvent explicites sur ce point de mon  » télérama » chéri… entré par hasard, plutôt attiré par un casting prometteur, j’ai cru tout le film qu’il s’agissait de destins parallèles, vu l’incohérence des visages ( portraitiste dessinateur amateur oblige).
Dommage, vue la qualité intrinsèque de la rélisation… je ne coupe pas d’une seconde vision, à présent