featured_Tarantino-Manson

ONCE UPON A TIME IN HOLLYWOOD | Leonardo DiCaprio retrouve Tarantino

Qui ?

Brillant dialoguiste et metteur en scène audacieux, Quentin Tarantino est pour beaucoup l’un des cinéastes les plus importants de sa génération. Il revient au devant de la scène avec un nouveau projet, basé sur l’histoire du gourou et criminel américain Charles Manson.

Son précédent long-métrage, Les 8 Salopards, avait divisé la critique, du fait, pour certains, de sa longueur et de son dispositif en « cocotte-minute ». Néanmoins, on ne pouvait nier l’incursion inédite de Tarantino dans le genre horrifique. Adepte du genre, son film faisait d’avantage référence à Evil Dead et The Thing qu’aux westerns classiques hollywoodiens. Le dessein de Tarantino, c’était de filmer une certaine période de l’histoire des Etats-Unis comme un film d’horreur. Un monde violent, raciste, méfiant, qui était beaucoup plus noir que celui des précédents films du réalisateur, où la vengeance rendait justice à ceux qui la méritent. Dans Les 8 Salopards, personne ou presque ne méritait la justice, au sens strict du terme. Ce monde ressemble beaucoup à celui de la « Famille ». Le cinéaste semble donc vouloir approfondir cette ligne plus sombre, en choisissant comme sujet de son neuvième long-métrage les agissements du clan de Charles Manson. Les motif de la communauté, du leader et des adeptes étaient déjà plus ou moins présents dans Les 8 Salopards. Jennifer Jason Leigh, filmée comme une sorte de sorcière effrayante et cruelle, était par exemple en admiration du personnage de Channing Tatum, leader de leur bande de criminel(le)s. Ils étaient frères et soeurs, une véritable histoire de « famille »…

Mise à jour : après l’affaire Weinstein, le projet de Tarantino cherche des producteurs. En parallèle de son appel au financement, le réalisateur a précisé qu’il ne serait pas question de Charles Manson mais de l’année 1969 plus largement.

Les premiers noms au casting du film est impressionnant : Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, mais également Margot Robbie et l’incontournable Samuel L. Jackson, qui signerait sa sixième collaboration avec le réalisateur. Les rôles de chacun restent à confirmer, mais selon Indiewire, Brad Pitt jouerait le rôle d’un détective chargé d’enquêter sur les meurtres commis par la « Famille » de Manson, tandis que Margot Robbie incarnerait l’épouse tristement connue de Roman Polanski, Sharon Tate, assassiné dans sa maison de Los Angeles en 1969 par les membres de la secte.

 

Quoi ?

Le film serait ainsi centré sur le meurtre de Sharon Tate, alors épouse de Roman Polanski, perpétré  par quatre membres de la « Famille » de Charles Manson en aout 1969, dans la maison du 10050 Cielo Drive, à Los Angeles. L’actrice était alors enceinte de huit mois. Quatre autres personnes ont perdu la vie pendant le massacre. Les coupables ont été jugés en 1971, et condamné(e)s à mort. Charles Manson*, bien qu’absent lors des crimes en question, en a néanmoins été le commanditaire, si bien qu’il a été, lui aussi, condamné à mort. Leurs peines furent commuées en prison à vie.  

Un premier synopsis a été dévoilé : Un acteur has-been et sa doublure cascadeur se lancent dans une odyssée pour se faire un nom dans l’industrie cinématographique lors des meurtres de Charles Manson en 1969 à Los Angeles.

Quand ?

Le scénario serait sur le point d’être achevé, tandis que le tournage débuterait pendant l’été 2018. Espérons qu’il n’y ait, cette fois, aucune fuite du script. 

Le film sera distribué par Sony Pictures et débarquera le 14 août 2019 en France après une présentation hors compétition au festival de Cannes ?

Pourquoi ?

Parce que cet épisode incontournable de l’histoire des Etats-Unis n’a jamais été adapté au cinéma, Roman Polanski étant toujours vivant. Il faut croire aux exceptions, voire s’en réjouir lorsqu’elles concernent Quentin Tarantino. Explorant une veine plus sombre de son cinéma depuis Les 8 Salopards, le réalisateur semble vouloir se lancer dans un terrain qui lui était jusqu’alors inconnu : l’adaptation de faits réels. Cela le poussera donc à explorer une nouvelle dimension de la représentation de la violence, centrale et passionnante dans ses films. Charles Manson, personnage charismatique, violent et cruel, saura, à coup sur, trouver sa place dans le cinéma de Tarantino. Reste à savoir qui aura le rôle…

Dans la rédaction, on mettrait volontiers une pièce sur Tom Hardy : l’acteur est encore jeune et il a su nous montrer tout son potentiel de bad guy chez Refn (Bronson), Nolan (The Dark Knight Rises) ou Inarritu (The Revenant). Habitué à prendre l’accent américain depuis quelques temps, il n’aura aucun problème à se glisser dans la peau du gourou au regard hypnotique.


  • Manson est l’un des personnages incontournables de la culture américaine. Artiste raté, criminel, proxénète et gourou, il a construit sa doctrine en s’appuyant principalement sur des extraits de la Bible et de l’album blanc des Beatles. Il conçoit alors une étrange prophétie, selon laquelle les personnes noires allaient bientôt dominer les personnes blanches, puis se dirigeraient vers lui pour diriger leur nouvelle nation. Afin de précipiter la réalisation de cette prophétie, il demande donc à des membres de sa secte d’aller commettre des assassinats dans les beaux quartiers de Los Angeles,  puis de faire accuser les Black Panthers de ces crimes, en vue d’accentuer les tensions raciales. Manson appelait ce projet le « Helter Skelter », en référence à une chanson des Beatles. En effet, John Lennon était l’un de ses deux modèles idéologiques, avec… Adolf Hitler. Cela en dit long sur le personnage, et plus largement sur les possibilités qu’il peut offrir au sein du cinéma de Tarantino.




Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des