featured_NosPiresVoisins

NOS PIRES VOISINS

1
Déchet

À première vue, les jeunes parents que sont Mac et Kelly Radner vivent le parfait rêve américain,avec leur adorable petite Stella et une maison fraîchement (et difficilement) acquise dans un charmant quartier résidentiel. Ce qui n’empêche pas les jeunes trentenaires de se considérer toujours aussi hype et cool. Pourtant, cette nouvelle étape, dans la vie de ces fêtards pas tout à fait repentis, va s’avérer délicate à gérer et les obliger à négocier leur entrée dans un âge adulte pleinement assumé. Quand ils découvrent que leurs nouveaux voisins ne sont autres que les membres fervents et débridés d’une confrérie étudiante, menés par le charismatique Teddy, ils essaient d’abord de s’assurer leur sympathie et leur respect, en tirant le meilleur de cette situation quelque peu inconfortable. Mais la fiesta et les frasques incessantes des étudiants poussent le couple à se montrer plus virulent pour protéger leur territoire et leur tranquillité, et ce qui n’était que des enfantillages dégénère rapidement en un conflit épique de générations.

Guéguerre de voisinage

L’auteur de 5 ans de réflexion et Sans Sarah rien ne va s’allie à l’équipe de parasites de C’est la fin. Ensemble, ils pondent une énième comédie lourdingue typique de la potacherie américaine. Sorte de sequel d’En cloque : mode d’emploi où Byrne aurait remplacé Heigl, Nos pires voisins raconte le conflit opposant un jeune couple (avec bébé) à une confrérie masculine emménageant dans le quartier. La guerre des voisins donne lieu à de nombreuses scènes où l’excès et la vulgarité sont de mise. C’est un fléau pour la comédie US : l’irrévérence est bien trop souvent confondue avec la grossièreté et la bêtise. 

Si le personnage de Rose Byrne apporte un brin d’originalité à celle-ci, la comédie du clan Rogen/Stoller ne décolle cependant jamais. Avec ses dialogues stupides et artificiels ne tournant qu’autour du sexe, de la fausse-coolitude et de l’injure, ses gags réchauffés et/ou grotesques et sa mise en scène au rabais, Nos pires voisins ravira probablement les fans de la bande à Apatow (incapables de réaliser qu’elle lui sert toujours la même daube régressive). Les autres resteront consternés. Le point de non-retour est même atteint lors de la scène de « traite » qui permet à Nos pires voisins de rejoindre définitivement la place qu’elle mérite : la poubelle. Avec Seth Rogen et Zac Efron comme têtes d’affiche, il ne fallait pas espérer mieux que ce déchet cinématographique. 

La fiche
thb_NosPiresVoisins

NOS PIRES VOISINS
Réalisé par Nicholas Stoller
Avec Seth Rogen, Rose Byrne, Zac Efron
Etats-Unis – Comédie lourdingue
6 Août 2014
Durée : 97 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de