featured_niels-schneider-qdpc

NIELS SCHNEIDER | QDPC

Pour le plaisir de parler Septième Art, nous avons décidé de soumettre notre Questionnaire de Proust Cinématographique à nos invités cinéma… Niels Schneider, comédien révélé par Xavier Dolan dans Les amours imaginaires qui a depuis tracé un beau chemin, tient le rôle principal de Diamant noir qui sort en vidéo aujourd’hui. Il s’est prêté avec enthousiasme au jeu du QDPC.

Entrée en cinéphilie : Pour moi, c’est À bout de souffle de Jean Luc Godard que j’ai découvert à 15 ans. Je n’étais pas particulièrement cinéphile avant… Ce film a transformé mon rapport au cinéma. Le visage de Jean Seberg, la dégaine de Belmondo, l’audace de Godard… ce fut un grand choc pour moi. Puis j’ai découvert La promesse des frères Dardenne, Ken Loach, Larry Clark, Gus van Sant, Bergman à cette même époque.

Plaisir inavouable : Une comédie avec Adam Sandler et Katie Holmes qui s’appelle Jack et Julie. Je sais qu’il est considéré comme étant un des pires films de l’histoire du cinema. D’ailleurs, je dois l’avouer : j’aime toutes les comédies avec Adam Sandler. Et il y a tous les Van Damme de l’époque, qui ne sont pas considérés comme des chefs d’oeuvre mais que j’ai adorés.

Adoré à l’adolescence puis abandonné : Brice de Nice. 

Classique ennuyeux : Le chef d’oeuvre de tous les chefs d’oeuvre : Citizen Kane d’Orson Welles. J’ai très honte de l’avouer, mais je m’ennuie terriblement. Pourtant j’ai vraiment essayé… je l’ai vu six ou sept fois quand même ! Mais rien n’y fait.  

Chef d’oeuvre méconnuWanda de et avec Barbara Loden, sorti en 1970. Je l’ai vu récemment, personne ne m’en avait encore parlé. Barbara Loden était la femme d’Elia Kazan. C’est un portrait de femme extraordinaire et une grande performance d’actrice. Loden a la puissance d’une Gena Rowlands.

Navet génial : Beaucoup de films de Bollywood.

Film détestable : C’est très rare que je me mette en colère contre un film. Ce qui peut me mettre en colère, c’est quand je suis déçu par un film d’un cinéaste que j’adore d’habitude.

Pleurer à chaque fois : Oslo, 31 Août de Joachim Trier, Mommy de Xavier Dolan, Le Mépris de Jean-Luc Godard.

Mourir de rire à chaque fois : Victoria de Justine Trier.

La Sainte trinité : Je triche un peu… Woody Allen ex-aequo avec Nanni Morreti, John Cassavetes ex-aequo avec Arnaud Desplechin et Maurice Pialat ex-aequo avec Elia Kazan

L’actrice ultime : Gena Rowlands.

L’acteur ultime : Marlon Brando. 

diamant-noir-7-750x404

Niels Schneider sera bientôt à l’affiche de Polina, danser sa vie de Angelin Preljocaj (le 16 novembre) et Belle dormant d’Adolfo Arrieta (le 26 décembre).



Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de