featured_home-alone

MAMAN J’AI RATÉ L’AVION

La famille McCallister a decidé de passer les fêtes de Noel à Paris. Seulement Kate et Peter McCallister s’aperçoivent dans l’avion qu’il leur manque le plus jeune de leurs enfants, Kevin, âgé de 9 ans. D’abord désespéré, Kevin reprend vite les choses en main et s’organise pour vivre le mieux possible. Quand deux cambrioleurs choisissent sa maison pour commettre leurs méfaits.
 

La fête à la maison.

Dans mon enfance, « déballage de cadeaux » a longtemps rimé avec « périple à Chicago ». Chaque année, mon frère et moi-même préparions l’arrivée du gros barbu en regardant inlassablement Home Alone, plus communément célèbre dans nos contrées sous le titre (un brin éronné) de « Maman j’ai raté l’avion ». Quand cette tradition familiale se met inévitablement en travers du chemin de l’objectivité, comment prendre du recul ? Comment résister à la bouille de crapule de Macaulay Culkin ? Voici donc un « Jour de culte » un peu spécial, en ce jour de fête. 

Si le long-métrage de Chris Colombus (qui réalisera une décennie plus tard les deux premiers volets de la saga Harry Potter) est entré dans la culture populaire, c’est qu’il y avait tous les ingrédients à un bon divertissement familial : un scénario généreusement ludique et chaleureux signé John Hugues, une bande son savamment composée par le maître John Williams et un trio de protagonistes aussi attachants que maladroits et malicieux. Kevin, le petit morveux qui a plus d’un tour dans son sac, se retrouve seul pour Noël alors que deux brigands préparent leurs cambriolages dans le quartier tranquille où vivent les MacAllister. Livré à lui-même, le petit blond va alors imaginer un plan de défense de son fort familial avec une ribambelle de pièges tous plus astucieux les uns que les autres pour en faire voir de toutes les couleurs aux deux « Casseurs flotteurs ». 

Apprécier Maman j’ai raté l’avion c’est, quelque part, embrasser sa part de sadisme. Si vous riez toujours devant les chutes des compères Harry et Marvin, c’est que vous avez conservé votre âme d’enfant – ou que vous êtes sacrément pervers. Car, avec le recul et un regard d’adulte responsable, comment ne pas considérer ce brave Kevin comme un véritable sociopathe ? Outre les infographies et vidéos réalisées depuis, pour détailler l’impact des sévices subies par nos apprentis cambrioleurs aux vies plus nombreuses que celles d’un chat, un youtubeur américain s’est amusé à recréer les pièges fomentés par le redoutable cadet de la famille MacAllister. Une nouvelle preuve, s’il en fallait une, de la crédulité qu’il convient d’accepter pour se fendre la poire devant les mésaventures des deux criminels incarnés par Joe Pesci et Daniel Stern.


Mais arrêtons de sur-analyser ce qui se revendique comme un film de Noël pur et dur. Maman, j’ai raté l’avion, c’est un peu comme Disney : on a envie d’emprunter les attractions sans se soucier de ce qu’il se passe en coulisses. Maman, j’ai raté l’avion c’est de nombreuses scènes et répliques cultes qui m’ont conduit à consulter un thérapeute nous ont bien amusés durant de nombreuses années et à chaque visionnage au point de rendre nos parents allergiques dès la première note du générique.  

Vingt-six ans plus tard, le film (qui ne peut se revoir qu’en VF, en signe de respect envers la vieille VHS tombée depuis dans l’oubli) fonctionne toujours plutôt bien. Mais cette « comédie noire pour enfants » fonctionnerait-elle sur des enfants du 21e siècle ? Pour en avoir le coeur net, j’ai tenté le pari de le montrer dans une école primaire à l’occasion du dernier jour de classe, avant les vacances. Gonflés à bloc, les rejetons se sont visiblement beaucoup amusé et les rires ont afflué abondamment. Il faut dire que tous ces mioches étaient certainement biberonnés à GTA et aux autres films d’action bien plus coriaces. Mais l’humour burlesque semble intemporel si bien qu’il se pourrait bien que d’autres générations fassent tourner en boucle leur DVD de Maman j’ai raté l’avion

La fiche

thb_home-alone

MAMAN J’AI RATÉ L’AVION
Réalisé par Chris Colombus
Avec  Macaulay Culkin, Catherine O’Hara, Joe Pesci…
Etats-Unis – Comédie
Sortie : 19 décembre 1990
Durée : 103 min
 





Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre