featured_LoveIsStrange

LOVE IS STRANGE

6
Drame intimiste

Alors qu’ils s’aiment depuis quarante ans, George et Ben se marient. Malheureusement, l’église qui emploie George comme chef de chorale voit cette union d’un mauvais œil et le licencie. Le couple se retrouve en proie à des difficultés financières et est contraint de vendre son appartement de Manhattan. George et Ben sont alors hébergés par des proches, séparément, le temps de retrouver un toit.

L’amour n’a pas d’âge.

Love is Strange n’est pas, à proprement parler, un film militant. Pourtant, si la représentation des gays au cinéma a tendance, depuis quelques années, à se débarrasser des traits les plus caricaturaux, les vieux homos et, surtout, les vieux couples homos, sont souvent « invisibles » (pour reprendre le titre du documentaire de Sébastien Lifshitz consacré aux seniors homosexuels) sur les écrans. En faisant d’un couple d’hommes « d’un certain âge » les personnages principaux de l’histoire, Love is Strange apparaîtrait presque comme une œuvre engagée. Presque, car le film est exempt de tout aspect revendicatif. Lorsque George est clairement victime de discrimination – paradoxalement, le mariage, symbole de stabilité, entraîne la séparation physique des deux amoureux hébergés en deux lieux différents malgré eux – l’indignation est de courte durée. Comme si elle était digérée telle une énième manifestation de l’homophobie face à laquelle les deux hommes semblent, sinon immunisés, du moins résignés.

Ira Sachs préfère scruter, sans éviter – il faut le reconnaître – la monotonie, les conséquences du licenciement de George, dans sa vie de couple et sur ses proches. Les deux hommes affrontent avec dignité une situation humiliante qui les infantilisent auprès d’hôtes peinant à cacher qu’ils les trouvent encombrants. Love is Strange sonde les incompréhensions générationelles, les limites de l’amitié…

Difficile d’expliquer pourquoi ce film a été interdit aux moins de 18 ans aux États-Unis. Nulle trace de vulgarité, pas une once d’obscénité. Love is Strange se retrouve in fine, malgré lui, affublé d’une dimension militante.

Car, si l’émotion peine parfois à affleurer, elle est bien présente dans ce qui est l’une des plus belles scènes du film. Les deux hommes, dans un bar, retracent les années qu’ils ont déjà passées ensemble, les bons moments, le travail qui accapare, les infidélités de l’un, la magnanimité de l’autre. Et, en fin de compte, la tendresse indéfectible qui les unit. Serait-ce cela qui serait trop choquant et insupportable pour le regard d’un spectateur de 15 ans ?

La fiche

thb_LoveIsStrange

LOVE IS STRANGE
Réalisé par Ira Sachs
Avec Alfred Molina, John Lithgow, Marisa Tomei
Etats-Unis – Drame
Sortie en salles : 12 Novembre 2014
Durée : 98 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de