still_LibreAssoupi

LIBRE ET ASSOUPI

5
Moyen

Sébastien n’a qu’une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon c’est son canapé. Sa vie, il ne veut pas la vivre, mais la contempler.

La méthode Couette

Nombreuses sont les comédies souhaitant capter l’air du temps et faire marrer à tout prix avec des gags forcés et un scénario cousu de fil blanc. Quand on ne sombre pas dans le plagiat ou le recyclage (Babysitting), on est consterné par une mise en scène téléfilmesque (Situation amoureuse) ou un humour au ras des pâquerettes s’appuyant sur les relents racistes (Supercondriaque), sexistes (Les gazelles) ou potaches (La crème de la crème), voire un peu de tout ça. Ainsi, nous avons été gratifiés depuis le début de l’année de plusieurs comédies hexagonales vendues comme « LA » comédie de l’année qui n’étaient que d’infâmes et insipides produits formatés d’une médiocrité cinématographique désolante.

Si Libre et assoupi ne brille ni par la fulgurance de sa mise en scène ni par la richesse de son scénario (parfois trop écrit ou convenu), le premier film de Benjamin Guedj a au moins le mérite d’échapper aux insupportables vices de la soupe populaire française. Cette comédie sur l’entrée à l’âge adulte et la confrontation au monde du travail trouve régulièrement le ton juste. Malgré quelques facilités et un démarrage poussif, cette histoire de colocation fonctionne plutôt bien. Certaines séquences sentent le vécu et interpelleront forcément les jeunes trentenaires – pour qui la phase de recherche d’emploi est un souvenir plus ou moins frais – ou les parents inquiets de voir leur enfant se la jouer Tanguy depuis bien trop longtemps. 

Le trio de comédiens n’est pas indemne de tout reproche mais tient plutôt la route, composant trois colocataires aux tempéraments variés et farfelus. Baptiste Lecaplain campe le personnage principal avec la fraîcheur et le détachement qu’on lui connait. Ses entrevues avec Denis Podalydès sont franchement sympathiques et confrontent deux générations comme deux personnalités. 

Sans être une fable sociale mémorable, cette comédie sur les désagréments de la génération Y se laisse agréablement suivre jusqu’à un dénouement charmant, pas forcément attendu mais un brin contestable.

La fiche
thb_BlackCoal

LIBRE ET ASSOUPI
Réalisé par Benjamin Guedj
Avec Baptiste Lecaplain, Charlotte Le Bon, Félix Moati, Denis Podalydès
France – Comédie
7 mai 2014
Durée : 93 min




0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x