featured_Les-innocentes

LES INNOCENTES

7
Pêché visuel

Pologne, décembre 1945. Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise. D’abord réticente, Mathilde accepte de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher. Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser… C’est pourtant ensemble qu’elles retrouveront le chemin de la vie. 

À qui la faute ?

La fille de Monaco, Coco avant Chanel, Gemma Bovery… Difficile de définir une cohérence dans la filmographie d’Anne Fontaine tant elle est diversifiée, entre éclats de talent et créations plus discrètes. Pour son quinzième film, la réalisatrice a choisi d’aborder un genre tout à fait nouveau pour elle, le drame historique.

La foi, le devoir et la maternité sont les thèmes centraux abordés par cette histoire qui ne traite qu’en creux celui annoncé par le titre : l’innocence. L’œil d’Anne Fontaine ne se teinte en effet jamais d’accents moralisateurs et parvient à garder une grande neutralité de ton qui, mêlée à l’élégance des images, donne une vraie force d’authenticité et de dignité au film. En nuançant constamment les faits sans manichéisme ni angélisme d’un côté ou de l’autre, elle propose une lecture distanciée et résolument optimiste de l’histoire : les croyances et convictions de chacun sont changeantes et n’appellent souvent aucune justification.

Mais ce qui rend ce film véritablement mémorable dans la carrière d’Anne Fontaine est le fruit de sa collaboration avec la directrice de la photographie Caroline Champetier. La plastique des images atteint en effet une grâce formelle rare, résultat de l’épuration raffinée des décors, des atmosphères lumineuses diaphanes et la fluidité des mouvements de caméra qui élèvent et ennoblissent le jeu des actrices. Certaines scènes acquièrent alors des caractéristiques proprement picturales et contribuent à l’aura de sainteté et d’adoration du film. Si ce n’est divin, le sublime n’est pas loin…

La fiche

thb_Les-innocentes

LES INNOCENTES
Réalisé par Anne Fontaine
Avec Lou de Laâge, Vincent Macaigne, Agata Buzek…
France, Pologne – Drame historique
Sortie : 10 Février 2016
Durée : 115 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de