featured_LDWS

LE LOUP DE WALL STREET

6
Assez bon

L’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez…

Intouchables

Ce n’est pas un secret pour ceux qui nous rendent visite régulièrement ces dernières années, Martin Scorsese ne suscite ici pas l’admiration qu’il peut aveuglément déclencher chez bien d’autres cinéphiles. N’ayant pas le ni le temps ni l’envie d’épiloguer sur cette position qui a pu fortement déplaire par le passé (se référer aux fiches des derniers métrages de l’oncle Marty avec Hugo Cabret ou Shutter Island notamment), focalisons-nous sur ce Loup de Wall Street qui marque sa 5e collaboration avec son acolyte, l’acteur Leonardo DiCaprio, qui co-produit désormais même ses films. 

Qu’en est-il de ce nouveau biopic sorti en France le jour même de Noël ? Tempérons immédiatement l’enthousiasme béat de certains spectateurs : Le loup de Wall Street est un film assez inoffensif. On reprochera à Scorsese le manque de distance de son film qui se contente d’enfoncer des portes ouvertes, semblant parfois à courts d’idées pour dépeindre cet univers qu’il rapproche sans détour à celui de la mafia : corruption, placements off-shore, arnaques et fraudes… On regrettera également que le film ne suive le schéma bien (trop) classique « de l’ascension à la décadence » donnant bien souvent l’impression d’un long parcours très balisé que l’on sait qu’il se ponctuera par une rédemption bon marché et un ultime pied-de-nez au monde.

Le loup de Wall Street n’a rien de révolutionnaire au niveau de son sujet. On ne découvre pas cet univers outrancier où argent, sexe et drogue sont les maîtres-mots. On n’éprouve ainsi que de l’indifférence face aux excès de cette raclure de Jordan Belfort, on ne s’insurge pas devant ses manipulations et ses mensonges, pas plus que l’on ne s’émeut de sa chute qui ne le conduira finalement (sans grande surprise) qu’à un très bref séjour en prison. Oui, les loups de ce monde abusent les plus faibles pour s’enrichir et retombent toujours sur leurs pattes malgré les chevaliers blancs du Fisc/FBI qui se déplacent en métro. Le propos est bien convenu, le Loup ne montre pas ses dents. Scorsese aligne les séquences à la manière d’un publicitaire et se vautre parfois un peu trop dans la débauche gratuite à grands coups de nichons et de cuisses écartées. Il doit alors dégainer une autre carte pour sauver la mise : celle de la comédie. 

still_LDWS2

Puisqu’il n’arrive pas à interpeler, il s’en remet donc à ses dialogues et à ses interprètes pour divertir. Ce versant là est plutôt réussi, notamment dans la première partie. Ne craignant jamais le ridicule, Leonardo Di Caprio se donne corps et âme dans ce rôle d’odieux connard complètement camé. Terriblement généreux dans son jeu, il porte le film sur ses solides épaules jusqu’à en faire peut être même un peu trop sur la longueur, enfermé dans le tragi-comique de son personnage. Sa prestation mérite néanmoins de véritables éloges, confirmant le talent éblouissant de cet acteur qui n’a toujours pas obtenu la récompense suprême à Hollywood. Jonah Hill, Jean Dujardin, Margot Robbie, Matthew McConaughey et Kyle Chandler lui donnent la réplique avec plus ou moins de justesse : si les passages de Dujardin et Chandler resteront assez anodins, on saluera la trop courte présence à l’écran de McConaughey qui n’en finit plus de nous surprendre agréablement ces derniers mois avec une séquence plutôt jouissive malheureusement déjà éventée par la promotion du film.

Pour cette fin d’année 2013, Martin Scorsese nous sert une oeuvre fleuve, trop longue et trop facile pour complètement convaincre, portée par son acteur fétiche Leonardo DiCaprio, magistral. тном ряи.

La fiche

LE LOUP DE WALL STREET
Réalisé par Martin Scorsese
Avec Léonardo Di Caprio, Jonah Hill, Margot Robbie, Matthew McConaughey, Jean Dujardin
USA – Biopic, Comédie, Drame
25 décembre 2014
Durée : 179 min

L’avis de Tom Left : Dernier film de Scorsese, Le Loup de Wall Street est une explosion de bonnes surprises. Loin des films noirs de la première heure, Martin nous offre un long métrage des plus fous et énergiques. Un cocktail de drogue, de sexe et d’argent qui nous fait totalement halluciner avec un Leonardo Di Caprio parfait. Clairement l’un des meilleurs films de l’année. – Tom Left.




7
Poster un Commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
Sylvainselenieтном ряиChonchonPierreAfeu Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
PierreAfeu
Invité
J’aime Scorsese sans doute davantage que toi. Casino, Les affranchis et le tout récent Hugo Cabret sont pour moi de grands films. Je suis donc moins définitif que toi sur ce Loup de Wall Street, même si on se rejoint sur l’essentiel : DiCaprio est un très grand acteur.
Chonchon
Invité
Fan de Scorsese, j’ai hâte de voir son dernier opus. Je suis déçue que tu sois déçu… ça n’augure rien de folichon ! Bon, on verra…
тном ряи
Invité
Bonjour Chonchon,

Je ne crois pas avoir parlé de déception. Pour avoir été déçu, encore faudrait-il que j’attende encore quelque chose de Scorsese – ce qui n’est pas mon cas.

Ainsi, j’ai trouvé ce film plutôt bon mais franchement pas enthousiasmant. En revanche, il s’agit de son film le moins « décevant » de cette dernière décennie.

тном ряи
Invité
– Effectivement, cela ne fait aucun doute !

– Au final, nos notes se ressemblent pour beaucoup (tu l’as classé dans les assez bons coups il me semble ?)

trackback
[…] a choisi un acteur en plein renaissance artistique : Matthew McConaughey. Déjà remarquable dans Le loup de Wall Street de Scorsese, le comédien livre une performance de très haut niveau qui devrait lui offrir la […]
selenie
Invité
Tout simplement pas d’accord, sauf peut-être sur le un peu trop long (et encore !), si ce n’est pas parfait ça reste un must… 3/4
Sylvain
Invité
Sylvain
A mes yeux un film magnifiquement réalisé, porté par un acteur qui repousse sans cesse les limites de son talent – Léonardo méritait sans nul doute un oscar pour une prestation comme celle-ci. Le film montre très bien le côté « sombre » de la finance de la fin du XX ième avec l’expansion des marchés et le capitalisme croissant de notre société. A voir sous aucun prétexte selon moi 🙂