featured_La-marcheuse

LA MARCHEUSE

4
Peu mémorable

Aiyu, clandestine chinoise, se prostitue dans les rues de Belleville. Elle habite avec sa fille adolescente, à qui elle cache son activité. Leur vie bascule lorsqu’un soir, un inconnu, blessé, pénètre brutalement chez elles. Tantôt ravisseur, tantôt prisonnier, l’homme s’impose comme une menace et une chance à saisir… 

Marche ou crève.

D’emblée s’impose le sentiment que le réalisateur connaît le sujet qui sert de toile de fond à son récit. Naël Marandin a séjourné en Chine pendant quelques temps. À son retour en France il a continué à être proche des différentes communautés chinoises, notamment via son travail dans plusieurs associations. Imprégné de ses connaissances, le film intéresse en premier lieu pour son aspect documentaire. Ses observations permettent de lever subtilement le voile sur certains clichés liés à la prostitution asiatique bellevilloise, quartier où se déroule l’intrigue. On apprend, entre autres, que les femmes qui se prostituent viennent de leur plein gré en France dans l’espoir d’une vie meilleure, travaillent pour leur compte, et ne sont pas soumises aux lois de proxénètes. On découvre également que les différentes communautés géographiques chinoises n’ayant pas émigré au même moment ne sont pas tendres entre elles – comme les Dongbei, soumis à l’ancienneté sur le sol français des chinois du Wenzhou. Tous ces détails apportent un ancrage réaliste au film – qui reste avant tout une fiction et non pas un documentaire, la prostitution n’étant que l’arrière plan du drame psychologique qui se joue.

Ce qui intéresse le réalisateur se sont les corps, qu’il filme de près, et la danse qui nait de ces rapports de domination. Celui-ci les enveloppe dans des intérieurs baignés de textures pertinemment pensées. En résulte un regard sur la sensualité, la beauté de son grain, et une réflexion sur le sexe comme porte de sortie (intéressante). Il réussit par ailleurs à éviter tout voyeurisme en filmant les corps de façon égale. Il se sert de ces mêmes corps pour mettre en avant les inégalités sociales qui existent entre les protagonistes. Cette mise en place est prometteuse mais le long-métrage ne tient malheureusement pas la distance, la faute à un film qui déroule séquence après séquence, sans liant. Son scénario gagnerait indéniablement à être plus densifié pour donner l’épaisseur que réclame son sujet. Certains personnages, comme celui de la fille, auraient mérité à être plus étoffés – car elle donne au final l’impression de n’être qu’un levier scénaristique venant précipiter le drame.

Le réalisateur offre un soubresaut final qui capte l’attention mais ne suffira pas à contrebalancer le manque de rythme qui pèse sur le métrage. Malgré la sincérité de sa démarche et une subtilité évidente, Naël Marandin ne parvient pas à trouver les clefs nécessaires à rendre mémorable son cinéma empli de générosité.

La fiche

thb_La-marcheuse

LA MARCHEUSE
Réalisé par Naël Marandin
Avec Qiu Lan, Yannick Choirat…
France – Drame
Sortie : 3 février 2016
Durée : 80 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de