still_JeFaisLeMort

JE FAIS LE MORT

3
Téléfimesque

Jean, comédien au chômage, se voit offrir un poste un peu spécial : jouer le mort pour que la police puisse résoudre une enquête.

Faites l’impasse

Nombreuses sont les comédies françaises d’une médiocrité navrante, rares sont les comédies un brin originales et réussies. Les derniers mois confirment la tendance de cette année (voire décennie) avec une ou deux comédies amusantes sans être géniales (9 mois ferme, 20 ans d’écart ou Le grand méchant loup si l’on se montre indulgent) et une avalanche de navets sans aucune espèce d’intérêt (Quai d’Orsay, Au bonheur des ogres…) ou bien plus banales qu’il n’y paraissait (Gallienne à tableCasse-tête chinois…). Celui qui nous avait imposé le désastreux Arsène Lupin déclarait (en présentant son film hier) vouloir laisser le public juger et déterminer s’il s’agissait d’une comédie, d’un polar ou d’un mélange des deux. Malheureusement, il n’est rien de tout cela. Pas vraiment drôle, carrément pas intrigant, il ne échoue dans sa dimension comique comme dans sa dimension criminelle. 

À l’image du très mollasson et complètement anodin Chez nous c’est troisJe fais le mort se déroule dans notre bon vieil arrière-pays et s’amuse de certaines bourgades désertes avec une subtilité frappante. Mais ce n’est pas leur seul point commun : tous deux tentent vainement de dissimuler leur pauvreté en termes de mise en scène et de scénario derrière la bonhommie sympathique de leur interprète principal. Pour autant, malgré sa diction inimitable et ses expressions aussi absurdes que réjouissantes, François Damiens ne parvient pas à sauver ce long-métrage qui sera bon à ranger dans la case « téléfilm France 3″ : intrigue à trois sous, réalisation en toc, rebondissements bidons et humour au rabais. 

Ainsi, on regarde – on subit – Je fais le mort sans aucune conviction et avec un ennui croissant malgré la sympathie que peuvent inspirer Damiens et Nakache. Le twist final, lui, est aussi surprenant que les dénouements de Joséphine Ange Gardien. Enfin, l’ambiance parait aussi soignée et hypnotisante qu’un épisode d’Une femme d’honneur avec cette brave Corinne. Non, vraiment il n’y rien à voir. Faites l’impasse sur ce navet de fin d’année.

La fiche
thb_BlackCoal

JE FAIS LE MORT
Réalisé par Jean-Paul Salomé
Avec François Damiens, Géraldine Nakache
France – Comédie
11 décembre 2013
Durée : 105 min




2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
LES COMBATTANTS | Critique du filmselenie Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
selenie
Invité
Je ne vois pas tout si noir, mais c’est vrai que c’est assez bancal. Dommage car l’idée est excellente mais l’humour reste trop sage… 2/4
trackback
[…] semblent parfois bien obstruées. Révélant le comédien Kevin Azaïs (aperçu précédemment dans Je fais le mort), il confirme également le potentiel de la talentueuse Adèle Haenel (légitimement césarisée […]