featured_Hippocrate-serie

HIPPOCRATE | La série indispensable de Thomas Lilti sur Canal+

Qui ?

Le parcours atypique de Thomas Lilti est régulièrement évoqué lorsqu’on se penche sur le travail du médecin converti cinéaste depuis son premier long métrageLes Yeux bandés, en 2007. Malgré un accueil discret, il persévère et collabore à plusieurs reprises à l’écriture de fictions pour le petit comme le grand écran.

En 2014, il réalise son deuxième long métrage, Hippocrate, dans lequel il narre le quotidien d’un jeune médecin pour lequel il fouille dans ses souvenirs d’internat. Le film devient un succès commercial et critique, décrochant au passage deux nominations aux César 2015 (tant pour sa réalisation que son scénario, deux qualités indéniables du garçon). Poursuivant son chemin dans le milieu médical, Lilti quitte la capitale pour la campagne et signe un touchant troisième long-métrage avec Médecin de campagne, piochant cette fois-ci dans les réminiscences de ses remplacements en tant que médecin rural.

> > Lire aussi : le Questionnaire cinéphile de Thomas Lilti

En 2018, plus rien ne semble l’arrêter puisqu’il enchaîne deux projets, toujours avec la même réussite. Il confirme son talent avec le film Première Année, pour lequel il retrouve Vincent Lacoste, aux côtés de son compère William Lebghil. Puis il retrouve la télévision en dirigeant une série télévisée adaptée de son second film Hippocrate, cette fois articulée autour d’un quatuor de comédiens hexagonaux : Louise BourgoinAlice BelaïdiKarim Leklou et Zacharie Chasseriaud. Ils sont secondés par Géraldine Nakache, Anne Consigny, Eric Caravaca et Jackie Berroyer.

Quoi ?

Dès leur premier jour d’internat, trois étudiants de médecine se retrouvent en charge d’un service de médecine interne alors que leurs médecins responsables sont écartés pour cause de quarantaine. Rapidement, ils comprennent que leurs supérieurs ne reviendront pas et qu’ils vont être seuls pour gérer le service, avec l’aide d’Arben, un médecin légiste détaché pour l’occasion.

Karim Leklou et Alice Bellaïdi dans Hippocrate

Quand ?

Tourné durant six mois dans l’aile désaffectée d’un véritable hôpital de région parisienne (à Garches ?) et avec l’aide de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. La première saison de cette nouvelle Création Originale Canal+ comptera 8 épisodes de 52 minutes. Pour découvrir les deux premiers, si vous êtes abonnés, rendez-vous ce 26 novembre 2018. Les plus impatients pourront dévorer l’intégralité du show sur MyCanal.

Pourquoi ?

Tandis que certaines chaînes hertziennes ont tendance à servir une soupe sentimentale dans un contexte médicale, Hippocrate se distingue par le réalisme de son récit et de son contexte. Exit le glamour de certaines mises en scène sur papier glacé, les protagonistes mettent réellement les gants dans le cambouis médical et la galère des services hospitaliers où docteurs, infirmiers, aide-soignants et brancardiers se démènent en faisant avec les moyens du bord. Dans le contexte de crise actuelle, où chacun ne compte ni ses efforts, ni ses heures, Hippocrate montre sans complaisance ni idéalisme le quotidien d’un personnel dévoué et interroge sur les conditions de prises en charge des patients dans des établissements saturés. Un point important aux yeux de Thomas Lilti : « On ne peut pas, à mon sens, faire une série médicale sans parler de ce qu’est l’institution hospitalière, centrale en France. L’hôpital est un service public au cœur de la société française et il la reflète. »

Pire, comme dans Première année où il pointait les limites d’un système de sélection freinant le renouvellement des effectifs, il met en lumière les carences de plus en plus manifestes. Elle arrive comme une piqure de rappel aux pouvoirs publics alors que le sujet était déjà urgent lors de la dernière campagne présidentielle.

« Le constat le plus terrible, c’est que les soignants, du brancardier au médecin, sont en souffrance. On dit qu’on reconnaît une société à l’état de ses prisons. On peut le dire de l’hôpital aussi. »

Hippocrate la série

Verdict, docteur ?

Cela faisait peut-être dix ans que l’on n’avait vu série médicale aussi soignée et documentée. En ne négligeant ni le fond, ni la forme, et alternant le professionnel et le personnel dans un joli numéro d’équilibriste, Hippocrate frappe juste et bien. À l’écran, la jeune garde assure. Si Louise Bourgoin trouve peut-être son plus beau rôle dans la peau de Chloé, Karim Leklou confirme tout le bien que l’on pensait de lui, terriblement attachant en médecin légiste mis à l’épreuve du feu des vivants.

À l’issue du premier chapitre, dévoré par l’auteur de ses lignes, il y a de grandes chances que vous soyez devenus dépendants. Espérons que la saison 2 sera rapidement validée (par Canal+) et enclenchée, pour suivre un rythme de production plus proche de celui du Bureau des légendes que de celui, fluctuant, de l’excellente Engrenages.