still_Here-and-now

HERE AND NOW | Le grand retour d’Alan Ball ?

Qui ?

Ceux qui nous suivent depuis des années connaissent le culte que l’on voue à la série Six Feet Under et au grandiose American Beauty. Derrière la beauté de ce show intemporel à l’excellence jamais égalée, il y a un homme (parmi d’autres). Tête de gondole du pool de scénaristes, Alan Ball a su imposer son style, sa réflexion et son second degré.

Si son retour sur les écrans, avec True Blood, n’a pas complètement convaincu, les premières saisons plutôt divertissantes étaient une preuve (s’il en fallait une) que l’homme en avait encore sous le capot. Son premier long-métrage, Towelhead – retitré Tabou(s) en France – retrouvait le style trangressif, soigné et émouvant de Six Feet’ et American beauty. Malheureusement, en dépit de son casting alléchant, le film dût se contenter d’une trop discrète sortie direct-to-video.

Dix ans plus tard, et de nouvelles incursions TV, l’homme n’a pas remis le couvert pour le cinéma. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir continuer à écrire mais, de son propre aveu, ces scripts ne semblent pas intéresser les producteurs :

J’ai travaillé sur plusieurs pilotes de série que HBO n’a pas validé. J’ai aussi écrit plusieurs films au cours de ces dernières années que personne n’a voulu produire parce qu’ils ne concernent pas les super-héros.

L’horizon n’est forcément pas propice mais Here and now, qui débarque sur HBO ce 11 février ressemble à un cadeau que l’on n’attendait plus. Retrouvant des thématiques qui lui sont chères, mais en veillant à éviter à la redite, cette nouvelle série dramatique diffusée par la série câblée outre-Atlantique va peut-être marquer le grand retour attendu d’Alan Ball avec Tim Robbins et Holly Hunter comme têtes d’affiche.

Quoi ?

Présenté comme un mélange de Six Feet Under et This Is Us (gros succès aux USA, le dernier épisode ayant d’ailleurs cartonné juste après le SuperBowl) avec quelques touches de fantastique, Here and Now plongera le téléspectateur dans le quotidien d’une famille multi-éthnique dans la ville de Portland. Greg (Tim Robbins) et Audrey (Holly Hunter) ont quatre enfants, dont trois sont adoptés et originaires de continents différents. Mais les Bayer-Boatwright ne manquent pas de névroses.

Vous l’avez compris, il sera à nouveau question de crises existentielles et identitaires alors que le père atteint les 60 ans et que le jeune Ramon (campé par Daniel Zovatto) est en proie à des apparitions mystiques qui le questionnent sur sa santé mentale.

Quand ?

La nouvelle série d’Alan Ball arrive sur HBO ce jour tandis qu’OCS proposera dès le 12 février les premiers épisodes de la série en VOST, en +24 après les Etats-Unis.

La première saison compte 10 épisodes et une seconde est déjà en cours d’écriture. Les premiers chiffres d’audience, s’ils sont à la hauteur des attentes de la chaîne, devraient probablement permettre de donner le feu vert pour la suite.

Pourquoi ?

La critique est pour l’instant partagée après avoir découvert les premiers épisodes. Forcément, certaines mauvaises langues pourront reprocher à Ball de revenir en terrain familier sans avoir quelque chose de neuf à raconter. Quoiqu’il en soit, la curiosité est évidente et plusieurs membres de la rédac ne manqueront pas de jeter un oeil aux premiers épisodes. Et vous ?


Le trailer de la série




Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des