featured_golden-globes-emma-stone-ryan-gosling

GOLDEN GLOBES | Moonlight peut-il ravir l’Oscar à Lalaland ?

Les Golden Globes sont souvent décrits comme l’antichambre des Oscars, permettant de prendre la température un mois et demi avant la notoire cérémonie de l’Académie. Quels sont les enseignements que l’on peut tirer du palmarès établi par la Hollywood Foreign Press Association (association des journalistes étrangers d’Hollywood) ? 

Lalaland, sept sur sept

Avec sept nominations, Lalaland de Damien Chazelle faisait figure de grand favori. La comédie musicale du réalisateur de Whiplash a réalisé le grand chelem avec sept trophées pour sept nominations, établissant un nouveau record historique pour les Golden Globes – jusqu’ici, aucun film n’avait dépassé les 5 prix. Emma Stone et Ryan Gosling, tous deux déjà très à l’aise dans le registre musical – la première ayant marqué les esprits à Broadway avec Cabaret et le second ayant développé un projet musical de notable qualité avec Dead Man’s bones – se sont imposés dans les catégories meilleure actrice et meilleur acteur dans une comédie. Le fantastique duo, dont l’alchimie se présentaient déjà dans Crazy, Stupid, Love et Gangster Squad, aura séduit les votants. Le triomphe est même complet puisque Lalaland fait une razzia de prix (majeurs) outre ceux des interprètes : meilleure comédie, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleure chanson originale et meilleure musique.

Un regret malgré tout, nous aurions aimé voir Tom Ford récompensé pour son scénario ou sa mise en scène, lui qui était reparti de la Mostra avec l’Ours d’argent. Maigre consolation, son comédien Aaron Taylor-Johnson a été sacré meilleur acteur dans un second rôle pour sa prestation de caractère dans Nocturnal animals. Une récompense non-usurpée même si celui-ci a créé la surprise. Casey Affleck, quant à lui, s’est imposé dans la catégorie « acteur dramatique », confirmant les pronostics et faisant de lui l’immense favori à l’Oscar malgré une prestation n’ayant pas suscité l’hystérie dans nos rangs. Viggo Mortensen ne l’aurait pas volé.

La sensation Isabelle Huppert  

Beaucoup l’espéraient sans trop y croire. Pourtant, les récentes cérémonies lui avaient offert multiples récompenses. Isabelle Huppert n’ayant pas Emma Stone face à elle – ce qui ne sera pas le cas aux prochains Oscars – les espoirs étaient permis. Si une majorité de la rédaction aurait préféré voir Amy Adams récompensée pour sa fabuleuse interprétation dans Premier contact, il semblerait que les votants aient choisi la français à ses dépens. Rien de révoltant puisque l’actrice, très présente en 2016, portait Elle sur ses solides épaules. De quoi nourrir en France quelques nouveaux fantasmes : succèdera-t-elle à Marion Cotillard fin février ?

Plus surprenant et beaucoup plus sujet à contestation, le film de Paul Verhoeven a remporté le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère. Si quelques rédacteurs ont pris leur pied, on ne peut pas dire que ce choix fasse l’unanimité dans l’équipe. Un enseignement toutefois : il semblerait que le « Hollandais violent » revienne en odeur de sainteté à Hollywood – lui qui s’était vu consacré aux Razzie Awards par le passé. Notons que le film ne pourra toutefois pas prétendre à une récompense puisqu’il ne figurait pas dans les neuf shortlistés à l’Oscar du meilleur film non-anglophone.

Moonlight, meilleur film dramatique 

Le challenger Moonlight, nommé cinq fois, s’est contenté d’un seul prix mais pas n’importe lequel. Le long-métrage de Barry Jenkins a été sacré meilleur film dramatique, au nez et à la barbe du surestimé Manchester by the sea. Ce succès renforce son statut de sérieux candidat à l’Oscar même s’il devra affronter Lalaland fin février. C’est en tout cas un joli choix pour ce film indépendant qui a été célébré dans de nombreux festivals et qui s’annonce d’ores et déjà comme l’un des films incontournables de ce début d’année. 

> > > Lire aussi : notre critique de Moonlight de Barry Jenkins

Ma vie de Courgette dévoré par Disney

Nos espoirs étaient maigres pour le petit poucet de la compétition, notre chouchou Ma vie de Courgette signé Claude Barras. Et c’est inévitablement l’ogre Disney qui a dévoré notre Courgette nationale. La (bonne) surprise est que les votants ont choisi le très bon Zootopie plutôt que le niaiseux Vaiana, rendant nos regrets moins persistants…

Qui pourra résister à La La Land ?

Un constat s’impose. La La Land a de grandes chances de décrocher la statuette de meilleur film le 26 février prochain. Il ne serait pas surprenant que la romcom musicale de Chazelle tutoie la dizaine de statuettes – en incluant les récompenses techniques (photographie, montage…) – ne laissant que des miettes à ses concurrents. Pourtant, Moonlight pourrait venir jouer les trouble-fêtes lorsqu’il s’agira de récompenser le meilleur film et la meilleure réalisation. Certains matchs ne sont pas encore disputés et la lutte sera impitoyable pour les prix d’interprétation. Rien n’est fait pour Emma Stone (qui retrouvera cette fois face à elle Isabelle Huppert, Natalie Portman et Amy Adams) même si la pétillante comédienne part avec une longueur d’avance. Ce sera plus délicat pour Ryan Gosling qui devrait s’incliner face à l’archi-favori Casey Affleck. Et ce sera(-it) bien dommage…

Rendez-vous est pris pour les nominations aux Oscars prévues le 24 janvier. En attendant, revoyez le discours assez politique de Meryl Streep, honorée du prix Cecil B. DeMille pour l’ensemble de sa carrière. 


Le palmarès complet :

Meilleur film dramatique : Moonlight
Meilleure comédie ou musical : La La Land
Meilleur réalisateur : Damien Chazelle – La La Land
Meilleur acteur dramatique : Casey Affleck – Manchester by the Sea
Meilleure actrice dramatique : Isabelle Huppert – Elle
Meilleur acteur comédie : Ryan Gosling – La La Land
Meilleure actrice comédie : Emma Stone – La La Land
Meilleur scénario : La La Land
Meilleure musique : La La Land
Meilleure chanson originale : City of Stars – La La Land
Meilleur film en langue étrangère : Elle (France)
Meilleur film d’animation : Zootopie

Découvrez l’infographie Ciné+ qui résume le palmarès.




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de