featured_fête-cinema-conseils

FÊTE DU CINÉMA | Nos 5 conseils ciné

La fête du Cinéma 2017 débute ce dimanche 25 juin et durera jusqu’à mercredi, l’occasion de voir ou revoir quelques-uns des films ayant marqué la fin du printemps. S’il y aura forcément du monde à la confiserie pour se ruer devant les derniers volets de Pirates des Caraïbes et La Momie, pendant que d’autres iront perdre deux heures de leur vie devant Wonder Woman, vous aurez peut-être envie de profiter du tarif raisonnable de la place de cinoche pour faire un pari. Pour vous aider à faire votre choix, la rédaction vous propose donc cinq films à rattraper sur grand écran durant l’opération.

Le premier grand film de l’été : It comes at night

Très savamment vendu par A24 outre-Atlantique et Mars films dans l’hexagone, le très intriguant It comes at night est arrivé sur nos écrans ce mercredi. S’il n’a pas forcément le buzz de Get out et qu’il assume parfaitement sa dimension anti-spectaculaire, le second long-métrage de Trey Shults est pratiquement un coup de maître. Si le film n’a pas suscité l’adhésion complète de la rédaction, il mérite toutefois que chacun se fasse son avis et vive l’expérience en salle. Dans le noir et avec la clim.

> > > Lire la critique complète de Thomas Périllon

Le film pour petits et grands : Le grand méchant renard…

Après la petite perle Ernest et Célestine, le réalisateur revient au cinéma avec Le grand méchant renard et autres contes, moment récréatif aussi drôle qu’attachant. Une bulle de douceur et de facétie se développe en trois actes pour combler petits et grands. À quelques jours des grandes vacances, cette pause ne se refuse pas.

> > > Lire la critique complète de Thomas Périllon

Le film sur la plage : Ava

Il est des petits films imparfaits qui révèle une actrice bluffante. Ava est de ceux-là. Conte initiatique où les premiers émois amoureux se mêlent à des questionnements plus dramatiques, le premier long-métrage de Léa Mysius transpire le désenchantement adolescent mais fleure bon les vacances d’été. Ava s’affirme en formidable jeune femme, téméraire et sensuelle, croquant la vie sans avoir peur de s’abîmer. De la fougue et une belle révélation.

> > > Lire la critique complète de Thomas Périllon

La dramédie familiale : Ce qui nous lie

Figure de proue de la comédie générationnelle, Cédric Klapisch n’était pas forcément en grande forme ces dernières années. Pour se rattraper, celui-ci s’est réfugié dans le terroir au milieu des vignes pour signer cette fresque familiale délicate et attachante porté par le trio Marmaï-Girardot-Civil. Ce n’est pas son plus grand film mais la saveur et le coeur y sont. Ce qui nous lie émeut et amuse, et c’est déjà pas mal du tout.

> > > Lire la critique complète de Fabien Genestier

La comédie drôlatique : Problemos

problemos critique film

Fut un temps, Eric Judor (et son compère Ramzy Bedia) avait le vent en poupe. Depuis, le bonhomme a continué son chemin, souvent en-dessous des radars, collaborant avec Quentin Dupieux et consorts. Cette fois-ci, il s’associe à la pince-sans-rire Blanche Gardin, pour une comédie de moeurs singulière et franchement amusante. Avec Mr Fraize en Pierre Richard irrésistible et Michel Nabokoff en gourou-hippie, la joyeuse troupe de résistants vous embarque dans une aventure rafraîchissante.

Lire la critique complète de Robin Souriau


En bonus

Le film qui sort mercredi : The last girl

Un zombie-movie qui ne ressemble ni au paresseux The walking dead, ni au très publicitaire World war Z ? The last girl – Celle qui a tous les dons ressemble assurément au bon cheval sur lequel miser. Mais il faudra attendre le dernier jour de l’opération puisqu’il ne sort en salle que mercredi 28. Aux côtés de Gemma Arterton, Glenn Close et Paddy Considine, valeurs sûres du cinéma anglophone, la jeune Sennia Nanua dévore l’écran. Un film de zombie efficace qui n’oublie pas d’en avoir dans la cervelle, c’est assez rare pour être souligné. « L’outre-Manche sait tirer son épingle du jeu dans le zombie-game », parole d’amateur du genre.

> > > Lire la critique complète de Robin Souriau




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre