featured_LaTaupe

LA TAUPE

4
Déception

1973. La guerre froide empoisonne toujours les relations internationales. Les services secrets britanniques sont, comme ceux des autres pays, en alerte maximum. Suite à une mission ratée en Hongrie, le patron du MI6 se retrouve sur la touche avec son fidèle lieutenant, George Smiley. Pourtant, Smiley est bientôt secrètement réengagé sur l’injonction du gouvernement, qui craint que le service n’ait été infiltré par un agent double soviétique. Epaulé par le jeune agent Peter Guillam, Smiley tente de débusquer la taupe, mais il est bientôt rattrapé par ses anciens liens avec un redoutable espion russe, Karla. Alors que l’identité de la taupe reste une énigme, Ricki Tarr, un agent de terrain en mission d’infiltration en Turquie, tombe amoureux d’une femme mariée, Irina, qui prétend posséder des informations cruciales. Parallèlement, Smiley apprend que son ancien chef a réduit la liste des suspects à cinq noms : l’ambitieux Percy Alleline, Bill Haydon, le charmeur, Roy Bland, qui jusqu’ici, a toujours fait preuve de loyauté, le très zélé Toby Esterhase… et Smiley lui-même.

Après le fabuleux Morse (Let the right one in) qui l’avait révélé, Tomas Alfredson fait ses débuts anglophones avec Tinker Tailor Soldier Spy, assez banalement traduit La Taupe par nos chers distributeurs. Tout était alléchant dans ce projet : un casting en or massif, un film d’espionnage rétro ultra soigné, une intrigue qui s’annonçait passionnante entre les mains d’un réalisateur habile et prometteur.

Mais la déception est immense. Le film devient de plus en plus abscons et ne décolle jamais s’enfermant dans une intrigue brumeuse, une ambiance terne et vieillotte, et surtout une douloureuse absence de rythme. Les personnages manquent tous de vie, malgré des interprètes qui sont dans l’ensemble plutôt bons (dont le magnifique Gary Oldman) et leurs efforts pour leur donner un peu de relief et d’intérêt à ce film désincarné et scolaire, à la mise en scène mollassonne. Un immense gâchis et la première grosse déception de l’année. 

 TOMAS ALFREDSON | USA | 127 MIN | 8 FÉVRIER 2012 | GARY OLDMAN, COLIN FIRTH, TOM HARDY, JOHN HURT



26
Poster un Commentaire

avatar
15 Fils de commentaires
11 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
14 Auteurs du commentaire
Fab RJujulcactusDextarianselenieMarcozeblog Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Platinoch
Invité
Tu n’as pas trainé à mettre ta critique en ligne!
Pour le coup je partage totalement ton point de vue. Enorme déception que ce polar mou du genou, vieillot et à l’intrigue nébuleuse. Réunir un tel casting pour si peu, ça s’appelle du gachis…
Ffred
Invité
En effet on est tous déçus ! Si je l’ai trouvé beau formellement, le scénario est inepte et on ne comprend pas grand chose…et en plus c’est long !
dasola
Invité
Bonsoir Wylirah, j’ai vu la BA hier soir, cela m’a donné envie de voir le film malgré tes réserves et celles d’autres. J’aime beaucoup les acteurs qui jouent. Je verrai bien. Bonne soirée.
Amelie
Invité
J’ai pour ma part beaucoup aimé ce film, et il fait partie de mon top 10 2011. Je ne me suis pas ennuyée, et ai trouvé son côté poussiéreux charmant. Donc dasola, je te conseille de le voir et de te faire ta propre opinion !
alamissamoun
Invité
Intéressant, j’en faisait l’un des grands films de l’année. Je dois dire que je suis très surpris par ta critique.
neil
Invité
Bof, je n’irai pas jusqu’à cette conclusion. Le film est décevant, certes, vieillot, certes, déjà-vu, certes, mais bon… Reste une qualité de la mise en scène et de l’interprétation. Un peu moyen dans l’ensemble, je te l’accorde, mais ça passe.
Phil Siné
Invité
wah t’es encore plus dur que moi… mais je crois qu’on attendait sans doute trop du réalisateur, après son 1er film merveilleux…
Bob Morane
Invité
Tout comme toi, grosse déception beaucoup d’ennui au point de lutter contre le sommeil, et une incompréhension générale.
Marcozeblog
Invité
Bon et bien, je vais y aller quand même pour le FH2 🙂
selenie
Invité
Wouah t’es dur !… Moi je salue au contraire le meilleur film 202 jusqu’ici… La mise en scèen scolaire comme tu dis colle parfaitement à l’ambiance d’un tel film d’espionnage ; le vrai film d’espionnage loin des Bond Bourne et consorts. Car au final l’espionnage est d’abord une guerre du renseignement. La reconstitution crée un vrai style, prenant et dense. 4/4
Dextarian
Invité

Le genre de film qui permet aux cinéphiles de se positionner dans l' »univers du ciné : ceux qui aiment les films contemplatifs et les autres. Perso, je suis même pas surpris par le fait que ce film m’a laissé froid, n’étant pas un grand fan des films contemplatifs. Et c’en est. sous ses airs de thriller et polar. Mais de toute façon, Morse l’était aussi, à sa manière. Le réal adore poser tranquilou sa caméra, bosser ses plans et mettre en branle toute ses petits acteurs dans son petit univers. Sauf que j’avais plus l’impression de voir un film des… Lire la suite »

Jujulcactus
Invité
Vu tout le mal que j’en avais lu sur les blogs avant, j’ai finalement été surpris de ne pas être déçu o_o Quelle mise en scène & quelle ambiance ! 🙂
Fab R
Invité
Fab R
Pour l’instant, « La Taupe » est le meilleur film que j’ai vu depuis le début d’année mais je comprends quel’on puisse y rester hermétique. J’ai vraiment été pris par cette ambiance mélancolique, par la langueur du récit, par la paranoïa qui s’en infuse. L’histoire n’est pas si compliquée (je le concède : je n’ai tout capté qu’à la seconde vision) mais c’est la structuration qui rend l’ensemble complexe. Et quel beau final !
trackback
[…] LA TAUPE, de Tomas Alfredson […]
trackback
[…] prometteur révélé par le fantastique Morse, s’y était risqué il y a plus de deux ans avecLa taupe. Cette fois, c’est le néerlandais Anton Corbijn qui s’y attelle. Malheureusement, Un […]