still_rustandbones

DE ROUILLE ET D’OS

8
Poignant

Ça commence dans le Nord. Ali se retrouve avec Sam, 5 ans, sur les bras. C’est son fils, il le connaît à peine. Sans domicile, sans argent et sans amis, Ali trouve refuge chez sa sœur à Antibes. Là-bas, c’est tout de suite mieux, elle les héberge dans le garage de son pavillon, elle s’occupe du petit et il fait beau. A la suite d’une bagarre dans une boîte de nuit, son destin croise celui de Stéphanie. Il la ramène chez elle et lui laisse son téléphone. Il est pauvre ; elle est belle et pleine d’assurance. C’est une princesse. Tout les oppose.

Après avoir tout raflé (ou presque) avec son précédent film Un prophète – qui ne méritait pas un tel battage malgré ses qualités indéniables – Jacques Audiard revient à Cannes avec l’actrice désormais internationalement reconnue, Marion Cotillard, et l’acteur montant qui nous avait absolument scotché dans Bullhead, Matthias Schoenaerts. Ensemble, ils vont incarner à l’écran deux personnes cabossées par la vie.

Marion Cotillard est sublime dans ce rôle. Pas de manière ou de pathos, pas de « performance » à l’Hollywoodienne. Je ne suis pas un admirateur, elle a souvent tendance à m’agacer dès qu’elle ouvre la bouche en interview. Mais dans ce film, elle est incroyable. Elle EST Stéphanie avec une justesse ahurissante et bouleversante. Dans de nombreuses scènes, l’émotion nous arrive progressivement à partir de silences, de regards ou de quelques mots de l’actrice. A ce titre, on retiendra la scène du balcon où elle se remémore les gestes de chorégraphie qu’elle utilisait avec ses orques, mais aussi celle où elle prend les rayons de soleil sur le visage comme si elle reprenait contact avec la vie ou encore la séquence (forcément) forte mais tellement bien écrite et interprétée où elle découvre qu’on l’a amputée de ses deux jambes. Rarement ce genre de scènes n’aura été aussi bien retranscrite à l’écran. Il faut donc féliciter celle qui est devant la caméra et celui qui la dirige. Beaucoup salueront la mise en scène de Audiard, personnellement j’aimerais mettre en avant une réussite encore plus frappante qu’il confirme indéniablement ici : sa direction d’acteurs remarquable. Celui qui avait magnifié Niels Arelstrup et Tahar Rahim dans Un prophète (que j’avais trouvé toutefois un peu froid et distancier), tire à nouveau le meilleur de ses interprètes. Matthias Schoenaerts confirme le talent époustouflant qu’il nous avait envoyé en pleine face dans Bullhead. Il est à nouveau excellent, sa prestation montant en régime progressivement jusqu’à un final déchirant. Il sera à n’en pas douter l’un des acteurs incontournables de ce Festival de Cannes. N’ayant pas encore vu d’autres films de la sélection, je ne me prononcerais pour l’instant pas sur les lauréats que je souhaite mais une consécration pour Cotillard, Schoenaerts et/ou Audiard serait amplement justifiée. Espérons que le jury sera aussi clairvoyant que l’an passé où il avait récompensé NWR pour Drive, Malick pour The Tree of Life et Kirsten Dunst (pour le seul bon point du détestable Melancholia).

Organique, bouleversant, sensoriel, De rouille et d’os est le premier choc de ce Festival de Cannes, faisant d’ores et déjà figure de favori de la compétition. La finesse et l’intelligence de l’écriture et de la mise en scène, la justesse éblouissante des acteurs qui incarnent corps et âme leurs personnages, l’histoire poignante… nul doute qu’il s’agit là d’un des films les plus forts de cette année et (à n’en pas douter) de ce 65e festival. Je prends les paris : le film figurera au palmarès. Mais lequel sera récompensé : Audiard, Cotillard, Schoenaerts ? Pourquoi pas les trois ?

JACQUES AUDIARD | 115 MIN | 17 MAI 2012 | MARION COTILLARD, MATTHIAS SCHOENAERTS




45
Poster un Commentaire

avatar
26 Fils de commentaires
19 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
23 Auteurs du commentaire
BLOOD TIES | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAMON ÂME PAR TOI GUÉRIE | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA[récap] LES BLEUS DE 2012 : TOP 5 ACTRICES « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAJérémyneil Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
inthecrazyhead
Invité
Ouf, un avis de plus qui confirme que la BA n’était pas que du rêve et que le film doit être magnifique ! Me tarde d’aller le voir ! 🙂
Stéphanie
Invité
Stéphanie
Oui, j’ai beaucoup aimé le film aussi. Je suis plus sensible à Marion Cotillard que ce que tu écris, et je la trouve comme toi excessivement juste dans ce film. Ton article reflète ce que j’ai ressenti, beaucoup d’émotion et un grand réalisateur…
Wolvy128
Invité
Je ne l’ai pas encore vu mais je pense que je ne laisserais pas passer le week-end sans me rendre au cinéma pour le découvrir. Non seulement la bande annonce m’avait interpellée mais le duo Cotillard & Schoenaerts fait vraiment envie. En tout cas, j’apprécie les deux personnellement. Qui plus est, les premières critiques semblent particulièrement positives et ta note ne fait que confirmer ce sentiment.
mymp
Invité
Ah oui, cette scène contre la vitre… C’est sublime, court mais intense, aussi bouleversant que la ballade à vélo dans Oslo, 31 août. Ces deux moments magiques restent pour l’instant (et aussi la scène de la gare dans Week-end) les plus forts de cette année 2012. Et le film sinon ? C’est prenant, superbement mis en scène et interprété, mais il manque quelque chose, l’histoire peut-être, faiblarde et pas transcendée comme il faudrait. Mais ça reste clairement du haut niveau.
Squizzz
Invité

Bon ben je sais pas si je vais écrire une critique en fait, vu que t’as dit tout ce que je pense du film… Les scènes qui m’ont le plus bouleversé sont également celle du balcon et le final. Cotillard est tout en subtilité, c’est vraiment magnifique et d’un réalisme troublant. Schoenaerts est en permanence entre la force et la fragilité. Et effectivement Audiard est un très grand directeur d’acteur, c’est pour ça que ses personnages ont toujours autant de force, mais c’est également un as du cadrage et du montage. Le seul point sur lequel je ne te rejoins… Lire la suite »

Wolvy128
Invité
J’en ressors à l’instant et j’ai vraiment adoré. Je craignais un peu que le film soit trop tire-larmes au vu du sujet difficile et il n’en fut rien. J’ai été bouleversé par l’authenticité de l’histoire et des personnages, aussi bien celui de Marion Cotillard (peut-être son plus beau rôle) que de Matthias Shoenaerts. Pour le reste, j’en parlerai dans ma critique quand j’aurai eu le temps de digérer un peu ce que je viens de voir 😉
Jujulcactus
Invité
Mouais… Il y a des scènes fantastiques, mais j’ai trouvé ça très mécanique, trop bien huilé pour me toucher, pour tout dire j’ai été séduit par les 3/4 du film mais la dernière partie, non, il tombe dans tout ce qu’il avait habilement évité. Un bon film sans aucun doute mais pas un chef d’oeuvre pour moi 🙂
dasola
Invité
Bonjour Wylirah, mon billet est à venir. Vu hier soir, 24 heures après, l’histoire s’insinue en moi même si je n’ai pas trouvé l’histoire aussi bouleversante que je m’y attendais mais les deux comédiens principaux sont formidables. Bon samedi.
selenie
Invité
Enième grand film de Audiard qui prouve une nouvelle fois qu’il est le niuméro 1. Un poil moins bien cependant que ses précédents films… 4/4
ARMELLE B.
Invité
Très belle critique. Moi aussi Cotillard m’a souvent agacée, surtout dans le choix de ses films américains. Tant mieux si Audiard a su tirer d’elle le maximum de ses possibilités et de son talent qui est indiscutable. J’attends de voir ce film avec impatience.
ffred
Invité
Le jury n’a plus le droit de donner plusieurs prix au même film. On espère une palme d’or ou au pire une prix d’interprétation pour Cotillard. En tout cas, j’en sors bouleversé. Il prend la tête de mes films français de l’année… aux côtés de Oslo 31 aout pour l’international…
ynausicaa
Invité
Salut Wilyrah. Je dois etre hermétique, car ce film ne me tente pas du tout. Pourtant, tout le monde salue ce film exceptionnel. J’ai regardé, enfin tenter de regarder, « Un prophète » dimanche et je suis restée sur ma faim. très froid, lent mon dieu lent et froid. J’essaierai un peu plus tard. J’ai peu que ce soit dans le meme style.
tinalakiller
Invité
j’ai publié ma critique il y a quelques minutes et je vois que sur ce film on partage de nombreux points communs ! 🙂
alice in oliver
Invité
pas encore vu mais Audiard fait partie des meilleurs réalisateurs français actuels. En tout cas, très envie de découvrir son nouveau film !
Chonchon
Invité
Je ne suis pas très fan du cinéma d’Audiard. Et oui, il y en a ! J’ai du mal à adhérer, je ne sais pas exactement à quoi c’est dû. Un peu froid, un peu tristounet. Même le Prophète… il y a eu tellement de battage médiatique… du coup j’ai été déçue. Alors vu tout ce qu’on entend sur De rouille et d’os… j’ai peur d’être encore déçue !
Wilyrah
Invité
Si tu as lu mon article, tu sais que je ne suis pas un grand admirateur de Audiard et que Un prophète m’avait laissé une impression sensiblement similaire à la tienne 😉
Wilyrah
Invité
En effet !
Wilyrah
Invité
Et c’est bien dommage car il pourrait prétendre à des prix d’interprétation et à la Palme.
Flow
Invité
Tu résumes bien. Un excellent film très touchant, magnifiquement mis en scène et extrêmement bien interprété.
Nico
Invité
Nico

J’arrive pas a comprendre tous ces avis ultra positifs, j’ai trouvé ce film bien trop prévisible pour être bon, moi qui pourtant suis prêt à tout gober, j’ai sans trop chercher anticipé quasiment tout ce qu’il se passe pendant les deux heures ! Conséquence : ennui Je croyais que Audiart allait faire quelquechose d’un peu plus original, mais bon sinon y a de bonnes choses, quoique j’ai eu un peu de mal avec ses zooms, un peu lourds a la longue. Le gros point positif pour moi c’est quand même Céline Salette, un peu plus de présence a l’écran m’aurait… Lire la suite »

fredastair
Invité

Avis plus mesuré pour ma part, même si je lui reconnais d’indéniables qualités (les deux acteurs, notamment). Audiard tire son épingle du jeu, sait orchestrer des moments très puissants jusque dans leur sobriété : celle de Cotillard contre la vitre du bassin, celle de l’accident (superbe) etc. Mais son oeuvre reste plombée par des facilités aussi bien formelles (les ralentis) que scénaristiques (les ellipses, le dernier tiers cheveu-sur-la-soupe), tellement énormes que je m’étonne qu’on ne les relève pas plus ici ou là. Le consensus et les dithyrambes autour de ce film ont tendance à m’énerver, même si mon sentiment sur… Lire la suite »

alex
Invité
Ne pas avoir de récompenses c’est parfois une bonne chose pour faire encore mieux la prochaine fois. Les favoris de Cannes ne sont pas tous élus…ça rassure.
Le monde du cinéma indépendant est plus que jamais indispensable ….. On peut tout acheter avec de l’argent dans notre société sauf la liberté de création.
Gabriel
Invité
Schoenaerts est tellement incroyable dans ce film…
copa738
Invité
Je pense qu’on est tous d’accord pour dire que De rouille et d’os brille surtout pour sa direction d’acteurs. Après, le scénario poignant et la réalisation efficace viennent encore plus sublimer le film.
neil
Invité
Les acteurs sont bons, la mise en scène réussie mais le film est trop écrit. Ce qui empêche un peu l’émotion d’effleurer.
Jérémy
Invité
Un très beau mélodrame de Jacques Audiard, qui nous a habitué à des drames de cette qualité.
J’ai une nouvelle fois été secoué même si Sur mes lèvres laisse encore un souvenir plus marquant. Deux films très proches je trouve.
trackback
[…] sa fameuse scène dans The Dark Knight Rises, est tout simplement sublime dans le dernier Audiard, De rouille et d’os. Elle livre la meilleure performance de sa carrière et une nomination aux Oscars apparaît comme […]
trackback
[…] à l’image de la manière dont la ville d’Antibes et ses environs apparaissaient dans De rouille et d’os. La vie s’écoule dans toute sa banalité, la mélancolie n’est jamais loin, mais les […]
trackback
[…] avec notamment les impeccables Zoe Saldana (Avatar, Colombiana) et Matthias Schoenaerts (Bullhead, De rouille et d’os). Le vétéran James Caan, l’attendrissante Mila Kunis et l’inégale Marion Cotillard […]