still_Wonder-wheel

WONDER WHEEL

Sans intérêt

Wonder Wheel croise les trajectoires de quatre personnages, dans l’effervescence du parc d’attraction de Coney Island, dans les années 50 : Ginny, ex-actrice lunatique reconvertie serveuse ; Humpty, opérateur de manège marié à Ginny ; Mickey, séduisant maître-nageur aspirant à devenir dramaturge ; et Carolina, fille de Humpty longtemps disparue de la circulation qui se réfugie chez son père pour fuir les gangsters à ses trousses.

Time’s up for Woody.

La carrière de Woody Allen a connu ses hauts et ses bas. Depuis près d’une décennie, le prolifique cinéaste peine à retrouver son souffle malgré quelques saillies satisfaisantes (L’homme irrationnel et Café society) en grande partie grâce à la fraîcheur de ses comédiennes principales. La présence de la formidable Kate Winslet s’annonçait comme un filet de sûreté indéniable avec l’éventuel petit effet de curiosité. Il faut dire que le projet n’en déclenchait guère tant le new-yorkais aux binocles donnait l’impression d’exercer en terrain trop familier après plusieurs comédies au recyclage un peu trop voyant. 

Force est de constater que son Wonder Wheel n’inversera pas la tendance et porte définitivement bien son nom (en référence à la célèbre grande roue de Coney Island) : avare en sensations fortes et se contentant de tourner en rond en pilotage automatique, et rien de plus à offrir de sa charmante vue. Pour cela, il faudra louer le talent de Vittorio Storaro qui sauve l’honneur grâce à son réjouissant travail sur les éclairages. 

Lorsque l’on ne sauve du marasme que le travail d’un chef-op, c’est en général mauvais signe. Même Kate Winslet joue son va-tout pour donner corps à ce mélodrame sentimental insipide, engoncé dans une mise en scène théâtrale qui n’a nul autre effet que d’appuyer les traits déjà archétypaux de ses personnages. 

Escroc, un peu trop

En se parant d’une noirceur artificielle, Wonder wheel tente de resquiller pour passer en force mais ne fait qu’accélérer sa chute et accentuer sa coloration misanthrope. Aussi antipathique et grossier que son Blue Jasmine, le dernier film d’Allen (et probable avant-dernier de sa carrière) annonce une sortie par la toute petite porte pour cet artiste estimé pour son travail mais grandement contesté (à juste titre ?) pour ses névroses sexuelles. Pour parachever le tout, cet homme qui se veut féministe donne à nouveau l’impression de craindre comme d’exécrer la femme qui prend de l’âge, portant une nouvelle fois un regard dédaigneux sur sa protagoniste principale. À 82 ans et avec tant de casseroles derrière lui, il est peut-être temps de tirer sa révérence. Les financiers, eux, pourront toujours trouver d’autres auteurs, moins croulants, pour dresser de plus actuels portraits de femmes. Time’s up for Woody. 

La fiche
Wonder wheel

WONDER WHEEL
Réalisé par Woody Allen
Avec Kate Winslet, Justin Timberlake, Juno Temple…
Etats-Unis – Drame
Sortie : 31 janvier 2018
Durée : 101 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de