featured_Woman-at-war

WOMAN AT WAR

Décalé

Halla, la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande… Mais la situation pourrait changer avec l’arrivée inattendue d’une petite orpheline dans sa vie…

Fable philosophique.

Femme ordinaire, professeur de chant à la vie paisible, Halla à un secret : elle est activiste. C’est avec une sincérité juvénile qu’Erlingsonn, dresse le portrait d’une femme en colère, d’une guerrière. C’est David contre Goliath, ce que la première séquence sous forme de course-poursuite dans les landes islandaises esquisse.

Le film d’Erlingsson semble à la fois loufoque et tendre, à l’image des trois musiciens qui composent la mélodie. Sans cesse insérés dans les plans, ils sont une forme d’émanation du subconscient d’Halla. Des percussions vives aux délicates notes de piano, ils guettent ses réactions, en soulignent les contours. Ce sont dans les désirs contradictoires de l’héroïne, qui font écho aux paradoxes d’un pays, que jaillissent le sens et la beauté du récit posant sans cesse la question de l’essence de l’identité islandaise : se trouve-t-elle dans un passé incarné par le groupe Le mystère de la voix Bulgare ou dans un avenir industriel incertain ?

Usant du mélange des genres où le thriller sur l’écologie côtoie allégrement la comédie à la fois légère et dramatique, Erlingsson, tel un enfant, se joue du spectateur, des normes et des clichés sur son pays (immigrant, agriculteur bienveillant, politiques carnassiers, droiture du «bon peuple»). Excentrique autant dans la composition des plans que dans l’expression de ses idées, le réalisateur offre un dernier plan qui tranche avec la légèreté de l’ensemble ramenant implacablement à une réalité anticipée : face à la noyade du pays l’exode est inévitable.

Une épice douce-amère, une fable philosophique : c’est dans l’ordinaire que se trouve l’extraordinaire. Un mantra qui semble profondément ancré dans le cinéma de Benedikt Erlingsson lui permettant de porter son récit écologique aux limites du conte pour offrir une fenêtre aux charmes décalés sur les merveilles des hautes terres islandaises.

La fiche
Woman at war affiche

WOMAN AT WAR
Réalisé par Benedikt Erlingsson
Avec Halldora Geirhardsdottir, Jóhann Sigurðarson
Islande – Comédie

Sortie : 4 juillet 2018
Durée : 100 min




Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des