featured_Under-the-silver-lake

UNDER THE SILVER LAKE

Intrigant

À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah, une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.

L’usine à rêves.

Seul représentant américain avec Spike Lee, David Robert Mitchell a commencé son histoire cannoise lors de la présentation d’It Follows à la Semaine de la Critique en 2015. Reparti bredouille mais néanmoins auteur d’un buzz et d’une séance mémorables, le jeune réalisateur a ensuite conquis le Festival de Deauville et de Gérardmer où il a remporté un Grand Prix et deux prix de la critique. Quatre ans plus tard, son (logique) passage en compétition pour son troisième film témoigne de la naissance d’une relation de confiance qui devrait se pérenniser dans le temps.

David Robert Mitchell a du talent et il le sait. C’est là que réside le principal problème de son troisième long-métrage, Under The Silver Lake, où il fait, à nouveau, preuve d’une aisance déconcertante dans sa mise en scène. Mais que reste-t-il derrière cette séduisante peinture pop lorsque la première couche de vernis a été grattée ? Une convocation de références allant de David Lynch (un mentor, visiblement) à Alfred Hitchcock, de citations à n’en plus finir et, plus loin, un film néo-noir qui s’escrime à tisser un récit volontiers psychédélique. Au final, tout cela paraît surtout bien tortueux et inabouti pour peu de choses malgré son indéniable ambition, la prestation déjantée d’Andrew Garfield et la frénésie d’une ambiance décalée.

Accueil cannois : En projection officielle, l’accueil fut glacial, les festivaliers ayant vraisemblablement peu goûté à la douce folie de David Robert Mitchell. Plus enthousiastes, les critiques ont, pour leur part, largement apprécié la mise en scène proposée par le cinéaste mais lui ont également reproché un excès de maîtrise. Sans grande surprise, Under The Silver Lake devrait figurer parmi les oubliés du palmarès à moins d’un coup de cœur collectif pour l’esthétique aguicheuse du film.

La fiche
Silver lake affiche

UNDER THE SILVER LAKE
Réalisé par David Robert Mitchell
Avec Andrew Garfield, Riley Keough
Etats – Thriller, comédie

Sortie : 8 août 2018
Durée : 139 min




Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des