still_twixt

TWIXT

 

FRANCIS FORD COPPOLA | 89 MIN | 11 AVRIL 2012 | VAL KILMER, ELLE FANNING, BRUCE DERN

Un écrivain sur le déclin arrive dans une petite bourgade des Etats-Unis pour y promouvoir son dernier roman de sorcellerie. Il se fait entraîner par le shérif dans une mystérieuse histoire de meurtre dont la victime est une jeune fille du coin. Le soir même, il rencontre, en rêve, l’énigmatique fantôme d’une adolescente prénommée V. Il soupçonne un rapport entre V et le meurtre commis en ville, mais il décèle également dans cette histoire un passionnant sujet de roman qui s’offre à lui. Pour démêler cette énigme, il va devoir aller fouiller les méandres de son subconscient et découvrir que la clé du mystère est intimement liée à son histoire personnelle.

Francis Ford Coppola serait-il l’antithèse de l’adage « vieillir comme le bon vin » ? Ces dernières années, il semblerait que le cinéaste connu et reconnu de tous pour ses oeuvres majeures se soit laisser aller à des expérimentations dignes d’un jeune cinéphile qui s’essaie au septième art avec toutes les imperfections et les maladresses que cela entraîne. En effet, si l’on excepte la direction artistique (décors, photographie…), Twixt est un film peu recommandable qui serait tombé dans l’anonymat absolu s’il n’avait été auto-produit et mis en scène par son illustre auteur. Hormis une certaine patte visuelle, il n’y a absolument rien d’intéressant à se mettre sous la dent pendant presque une heure et demie. La présence de Val Kilmer dans le premier rôle était pourtant un avertissement indéniable – que j’avais choisi d’ignorer.

Capable du meilleur à une certaine époque, FFC nous livre ici le pire. Les Coppola ont-ils encore quelque chose d’intéressant à dire ou à montrer ces dernières années ? Quand on voit la pauvreté et la vacuité de métrages comme Somewhere ou Twixt, on peut confirmer qu’il ne suffit pas d’un patronyme glorieux pour pondre des oeuvres de qualité à tous les coups. Il faut du travail, des idées et éventuellement – ça peut servir – un scénario qui ne s’arrête pas au premier jet. Maniéré, pataud, fumeux, soporifique, Twixt apparaît comme une insulte au cinéma dans son ensemble et à celui de son auteur. 

note_L1_1




8
Poster un Commentaire

avatar
6 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
(critique) SUBLIMES CREATURES « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA[récap] NAVETS ET FLOPS 2012 « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAtinalakillercopa738Wilyrah Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
RenSarr
Invité

Faut pas mettre dans le même lot Sofia et son père :(. Bon je te rassure, comme toi, je n’aime pas trop la trilogie récente de Francis Ford Coppola (L’Homme sans âge, Tetro, Twixt), même si je lui trouve un certain don pour la nature morte. Son prochain film s’annonce plus ambitieux. Perso je crois les doigts pour qu’il s’associe avec des scénaristes digne de ce nom. Et même avec ça, j’ai un certaine crainte. Pour Sofia par contre, je n’ai pas bcp aimé Somewhere non plus (surtout sur le moment), mais je pense pas qu’on puisse le catégoriser comme… Lire la suite »

cinemarium
Invité
Une insulte au cinéma ?! Tu y vas très fort quand même ! Je vois en Twixt au contraire une sincère déclaration d’amour à la cinématographie dans son ensemble. Le film baigne dans une originalité terriblement attachante, avec ses personnages délirants et son intrigue qui l’est tout autant. La réalisation est d’une audace remarquable.

Je comprends néanmoins tout à fait que l’on puisse détester ce film.

copa738
Invité
Alors là je ne suis pas du tout d’accord : Twixt est peut-être l’oeuvre la plus personnelle de FFC. Il s’autobiographie, et certaines personnes disent que l’idée principale de Twixt lui est venue lors d’un rêve, d’où les nombreuses scènes où Val Kilmer dort pour résoudre cette énigme.
Enfin, le film divise, c’est intéressant de méler nos différents avis 😉
tinalakiller
Invité
ah, pourtant j’ai adoré ce film (après, entièrement d’accord avec toi sur Somewhere, véritable ratage ! et j’ai trouvé L’homme sans age très moyen), je trouve ce film très plaisant, presque OFNI, original et avec son charme. Je trouve qu’il y a d’autres films qui sont des insultes au cinéma. Le coté personnel m’a pas mal touché, j’ai vraiment ressenti le drame qu’il a vécu il y a quelques années. Après, je comprends ton impression, apparement beaucoup de gens l’ont eu (les critiques sur ce film sont vraiment divisées !)
trackback
[…] TWIXT, Francis Ford Coppola […]
trackback
[…] prévenus. La présence du navrant Alden Ehrenreich, déjà consternant dans l’horrifiant Twixt, aurait du nous mettre la puce à […]