featured_Tulip-fever

TULIP FEVER

Exalté

Amsterdam – 1636. La ville est plongée dans une fièvre spéculative autour du commerce de la tulipe. Un riche marchand décide d’engager un célèbre portraitiste pour immortaliser la beauté de sa jeune femme. Au premier coup de pinceau, une passion dévorante débute entre la jeune Sophia et le séduisant peintre. Alors qu’une liaison torride et fougueuse s’installe, les jeunes amants cherchent à se débarrasser du mari envahissant et à s’enfuir. Une soif de liberté qui aura un prix, aussi précieux que celui d’une tulipe..

Fièvre amoureuse et spéculations.

On sait peu que ce que les historiens considèrent comme la première crise spéculative de l’histoire s’est déroulée aux Pays-Bas, au 17ème siècle. L’engouement pour les tulipes fut tel que l’achat d’un seul bulbe nécessitait souvent plusieurs mois de salaire et de privations. Et puis la bulle explosa, ruinant au passage un grand nombre de familles, bourgeoises ou de basse extraction, comme en attestent des peintures de l’époque, qui ont élevé la tulipe, avec le crâne humain, au rang des symboles de la vanité de l’Homme. C’est de toute cette agitation dont parle Tulip Fever, en proposant un parallèle ingénieux entre la passion amoureuse et l’effervescence prodiguée par le pouvoir de l’argent. Il s’agit du second essai dans la veine des films de costumes de Justin Chadwick, qui a réalisé précédemment Deux sœurs pour un roi (avec Natalie Portman, Scarlett Johansson, Eric Bana).

Tulip Fever bénéficie également d’un casting exceptionnel, dans lequel on retrouve Alicia Vikander, Dane DeHaan, Christopher Waltz et Cara Delevingne, dans un rôle plus anecdotique. Equilibré, le film oscille entre des moments de fièvre acheteuse et passionnelle, en déployant en filigrane tout le long une intrigue joyeusement farfelue, à la fin imprévisible. Les décors et costumes donnent une reconstitution esthétiquement agréable du 17ème siècle néerlandais, pétri de contradictions morales, dans sa marche vers un futur où la fortune financière fait plus pour la reconnaissance que l’exemplarité religieuse. D’émancipation, il est aussi question avec Sophia (Alicia Vikander), orpheline élevée dans un couvent, qui subitement se retrouve propulsée dans la famille d’un riche négociant, en sa qualité d’épouse. Le souci, c’est que cet homme, s’il lui a apporté la paix et la prospérité, elle ne l’aime pas. Mais elle ne le sait pas encore, tant qu’elle ne sera pas retrouvée frontalement aux prises avec l’intensité de ses sentiments pour un peintre chargé de faire son portrait et celui de Cornelis Sandvoort (Christopher Waltz), son mari.

Il faut bien admettre que les affres du commerce des tulipes dans des bouges peu recommandables et des couvents confondants de similitudes avec des banques sont plus intéressants que l’histoire entre Alicia Vikander et Dane DeHaan, ne serait-ce que pour l’originalité du sujet. Chacun de ces acteurs se retrouve dans un rôle à contre-emploi, où, sans être mauvais, leur jeu, par ailleurs remarquable dans d’autres circonstances, peine à trouver son expression ici, dans Tulip Fever. On peine à croire en cette histoire d’amour, qui constitue la faiblesse du film. Christopher Waltz s’en sort un peu mieux, et ce malgré l’écriture d’un personnage qui passe de supposé grand méchant à philanthrope altruiste. Pour autant, malgré un angle dramatique en demi-teinte, Tulip Fever s’en sort très bien, sur un plan plus léger. Judi Dench est excellente en abbesse croyante et réaliste. Certaines séquences ont des airs de pièces de théâtre de boulevard, avec ses tromperies et ses intrigues. Et l’ensemble, bon esprit, rehausse un peu le genre du film de costumes, devenu malheureusement parent pauvre du cinéma. C’est ce qui fait de Tulip Fever un film agréable à regarder, malgré ses légers manquements.

La fiche
Tulip fever affiche

TULIP FEVER
Réalisé par Justin Chadwick
Avec Ruth Alicia Vikander, Dane DeHaan, Christopher Waltz, Cara Delevingne, Judi Dench
Etats-Unis, Grande-Bretagne – Drame historique, romance

Sortie e-cinema : 12 juillet 2018
Durée : 107 min




Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des