still_trance

TRANCE

DANNY BOYLE | THRILLER | UK | 95 MIN | 8 MAI 2013 | JAMES McAVOY, VINCENT CASSEL, ROSARIO DAWSON

COMMISSAIRE-PRISEUR EXPERT DANS LES ŒUVRES D’ART, SIMON SE FAIT LE COMPLICE DU GANG DE FRANCK POUR VOLER UN TABLEAU D’UNE VALEUR DE PLUSIEURS MILLIONS DE DOLLARS. DANS LE FEU DE L’ACTION, SIMON REÇOIT UN VIOLENT COUP SUR LA TÊTE. À SON RÉVEIL, IL N’A PLUS AUCUN SOUVENIR DE L’ENDROIT OÙ IL A CACHÉ LE TABLEAU. NI LES MENACES NI LA TORTURE NE LUI FERONT RETROUVER LA MÉMOIRE. FRANCK ENGAGE ALORS UNE SPÉCIALISTE DE L’HYPNOSE POUR TENTER DE DÉCOUVRIR LA RÉPONSE DANS LES MÉANDRES DE L’ESPRIT DE SIMON… Je vais encore être désagréable envers un cinéaste que beaucoup admirent et estiment comme un artiste de génie. Ce n’est pas mon point de vue. Danny Boyle c’est un peu le roi de l’esbroufe, le champion du « je-pète-plus-haut-que-mon-cul » avec son style maniéré et facilement reconnaissable, ses longs-métrages ambitieux mais rarement aboutis, ses pitch reposant sur une idée mais ne tenant jamais la longueur ou accumulant tellement d’invraisemblances que ça en devient très peu crédible… Après un Oscar très peu mérité pour un métrage grand public assez racoleur, celui-ci nous avait offert une pub pour Decathlon avec James Franco. Heureusement, la cérémonie d’ouverture des J.O lui avait permis d’obtenir une reconnaissance mondiale plus légitime, valorisant ses talents de metteur en scène spectaculaire. Pour son retour sur grand écran, le cinéaste britannique propose une oeuvre ambitieuse mais tristement ratée et invraisemblable. À trop vouloir surprendre le spectateur par une accumulation de twists ridiculement vertigineuse, à trop brouiller les pistes et inutilement complexifier sa narration au point de la rendre tellement alambiquée qu’elle ne suscite plus aucun intérêt, Trance perd en route toute vraisemblance et toute légitimité artistique. Un thriller ambitieux (sur le papier) qui se veut hypnotique mais qui n’est au final qu’un vulgaire essai abscons, simpliste et superficiel, saturé d’excès visuels et sonores aussi indigestes que cette navrante B.O techno/dance concoctée à partir des meilleurs morceaux que tu diffusais jadis lors des boum collégiennes que tu organisais fièrement. 




10
Poster un Commentaire

avatar
7 Comment threads
3 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
FLOP FILMS 2013 | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAPrincécranoirneilffredWilyrah Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Squizzz
Invité

En fait, je vais retenir uniquement cette phrase de ta critique « la cérémonie d’ouverture des J.O lui avait permis d’obtenir une reconnaissance mondiale plus légitime, valorisant ses talents de metteur en scène spectaculaire ». Et fermer les yeux sur le reste 😉 Ce que j’apprécie justement avec Danny Boyle, c’est qu’il assume clairement son style, quitte à se mettre à dos beaucoup de monde. On peut détester, mais au moins il ne fond pas dans un moule et ose aller au bout de ses démarches. Le seul truc qui me reste un peu en travers de la gorge dans ta critique,… Read more »

selenie
Invité
Beaucoup aimé même si c’est parfois un peu flou… 3/4
pierreAfeu
Invité
Tu organisais des boums ?
Sinon, nous sommes d’accord !
ffred
Invité
Ah ben tiens…moi je trouve que c’est son meilleur film depuis longtemps…
neil
Invité
Putassier et indigeste, je ne trouve même pas le film ambitieux sur le papier. des films qui utilisent l’hypnose et/ou l’amnésie pour faire avancer leur intrigue, il y en eu et il y en aura encore une flopée. Et bien plus réussis.
Princécranoir
Invité
Même avis : stylisation sans enjeux, scénario à twists inutilement abscons et effets racoleurs. On mesure néanmoins grâce à ce film toute la différence qu’il peut y avoir entre un parti-pris conceptuel façon Refn, Lynch ou Jarmusch (que l’on peut juger vain, certes mais avec une réelle visée artistique) et formalisme illustratif relevant de l’imagerie publicitaire façon Boyle (tu faisait référence à Decathlon pour 127 heures, on est ici parfois dans une pub pour la Banque Populaire)
trackback
[…] Trance – Danny Boyle […]