THE HUNT

THE HUNT

Sur fond d’obscure théorie du complot sur internet, un groupe de dirigeants se rassemble pour la première fois dans un manoir retiré, afin de se divertir en chassant de simples citoyens américains. Mais leurs sombres desseins vont être mis en péril par Crystal, une de leurs proies, capable de les battre à leur propre jeu. La jeune femme renverse les règles, et abat un par un les chasseurs qui la séparent de la mystérieuse femme qui tire les ficelles de ce passe-temps macabre.

Critique du film

Déjà menacé en août dernier suite aux tueurs de Daytona et El Paso, la sortie de The Hunt initialement programmée le 22 avril chez nous est finalement remise en question par la crise sanitaire international. Scénarisé par Damon Lindelof – l’homme à qui l’on doit l’arnaque Lost, les disparus et le massacre scénaristique de Prometheus –, ce thriller d’action Blumhouse réalisé par Craig Zobel (Compliance) est vendu comme une satire violente de la société américaine.

Longtemps attendu, The Hunt devrait encore patienter pour se trouver un chemin dans les salles françaises mais, et c’est triste à dire, l’élément le plus intéressant du film devrait rester le mauvais buzz et ses nombreux reports. Car cet exercice de style gore et ennuyeux, sans inspiration et sans véritable propos politique, se contentant de cette médiocre caricature libérale. Niant complètement le fait qu’un des « camps » est composé de minorités qui réclament leurs droits humains fondamentaux, The hunt semble même excuser les arguments conservateurs les plus condamnables, offrant un boulevard à la rhétorique Trumpiste.

Se prenant trop au sérieux, le film de Zobel ne prend jamais vraiment position et en oublie un peu de subtilité dans sa peinture sociétale. Pour ne rien arranger, The Hunt (qui se présente comme une comédie d’horreur) ne provoque jamais le « rire » attendu, ratant finalement absolument tout ce qu’il entreprend et se contentant d’aligner les exécutions sanglantes à la chaîne. Entre temps, il faut se farcir des dialogues sans intérêt et des scènes sans envergure, au point de (presque) nous faire regretter la franchise American nightmare.

Beaucoup de bruit pour rien aurait finalement pu s’appeler The Hunt, tant il essaie désespérément de choquer avec sa violence sanglante et ses blagues de mauvais goût mais n’a pas grand chose de pertinent et/ou de divertissant à raconter. Circulez, il n’y a vraiment rien à voir.

Bande-annonce

22 avril 2020 (repoussé) – Réalisé par Craig Zobel, avec Betty GilpinHilary SwankEmma Roberts