still_thedescendants

THE DESCENDANTS

4
Fade

À Hawaii, la vie d’une famille bascule. Parce que sa femme vient d’être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans. Il se demande aussi s’il doit vendre les terres familiales, les dernières plages tropicales vierges des îles, héritées de ses ancêtres hawaiiens. Quand Alexandra lui révèle que sa mère avait une liaison, le monde de Matt vacille. Avec ses deux filles, il part à la recherche de l’amant de sa femme. Durant une semaine essentielle, au fil de rencontres tour à tour drôles, perturbantes et révélatrices, il va finalement prendre conscience que sa principale préoccupation est de reconstruire sa vie et sa famille…

J’ai déjà évoqué ici les syndromes Scorsese et Swinton qui ne me portent pas chance cinématographiquement, malgré les nombreuses incompréhensions de certains lecteurs. Dans un genre différent, il y a le syndrome Clooney 2000 : film plat/fade et soporifique du 21e siècle avec George Clooney au casting. La liste est malheureusement assez longue et aucun intrus ne vient déroger à la règle : Michael ClaytonLes Marches du pouvoir, Burn After ReadingOcean’s… Tout est lisse et sans saveur dans chaque métrage où apparaît le chouchou des américaines, si bien que son aboutissement le plus appréciable reste à mes yeux la série de spots publicitaires où il vante les mérites d’une boisson caféinée. Malheureusement, le métrage de Alexander Payne – fraîchement récompensé aux Golden Globes et nominé/favori dans la catégorie « meilleur film » aux prochains Oscars – va rejoindre la déjà longue filmographie dangereusement insipide du futur président des Etats Unis.

Il faut dire que le pitch n’est pas vraiment palpitant : un hawaïen guère attachant se prend deux gifles successives lorsqu’il apprend que sa femme, mourante et comateuse, se tapait un promoteur immobilier pour tromper l’ennui et la solitude. Après avoir balancé la news (qu’elle allait casser sa pipe, pas que c’était une housewife infidèle) à ses proches dans un repas absolument pas naturel, il décide de partir à la recherche du-dit empaffé qui s’envoyait cette épouse qu’il ne touchait plus lui-même. Bien sûr, solidarité familiale oblige, ses deux filles l’accompagnent dans ce voyage initiatique palpitant et légitime. Afin de s’assurer un fun maximal lors de ce mémorable voyage, What Else décide de suivre le désormais célèbre adage « quand tu cherches l’amant de ta femme, amène avec toi tes gamines et le teubé que fréquente ton aînée ex-alcoolique-new-fille-idéale« . Je tiens d’ailleurs à applaudir la remarquable intelligence et originalité du scénariste qui nous pond une flopée réjouissante de personnages sans imagination : l’aînée volage qui se transforme soudainement en fille à son papa, la cadette originale qui fait des doigts d’honneur à tour de bras, le jeune boyfriend débile et empoté, le grand-père qui méprise tout le monde sauf sa future-défunte fille et l’amant stupide et égoïste.  

Si la jeune et craquante Shailene Woodley et le placide George Clooney livrent une prestation plutôt honorable – bien que jamais transcendante – ils ne sauvent pas The Descendants de son incroyable banalité et de l’ennui qui s’installe rapidement devant une intrigue aussi convenue et monotone. Rarement drôle, souvent ennuyeux, le « drama » de Payne ne s’offre que quelques secondes de poésie lors des brefs adieux d’un mari absent à sa pénible et mourante épouse. Pas de quoi crier au génie pour autant : une narration plate et prévisible, des personnages artificiels et fades, un rythme et un scénario paresseux, le futur Oscar du meilleur film est la définitive confirmation que pour obtenir une récompense à Hollywood cette année il fallait être sentimental et consensuel.

ALEXANDER PAYNE | USA | 110 MIN | 25 JANVIER 2012 | GEORGE CLOONEY, SHAILENE WOODLEY




18
Poster un Commentaire

avatar
13 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
11 Auteurs du commentaire
THE SPECTACULAR NOW | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAGRAVITY | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA[récap] LES BLEUS DE 2012 : LES INTERMÉDIAIRES « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAWolvy128Portmaniaque Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Gabriel
Invité
Gabriel
Arf ! ça descend !
pépito
Invité
Je partage ton constat sur le fait que ce film n’est pas le chef d’œuvre annoncé. Mais je ne me suis pas non plus autant ennuyée. C’est un bon film, point…
ptiterigolotte
Invité
Ça casse, ça casse !!! Et bé… Perso, j’ai plutôt passé un bon moment.
selenie
Invité
Surement pas un chef d’oeuvre et encore moins pour un Oscar mais ça reste un beau et bon film. On peut regretter la place trop importante de l’intrigue immobilière qui est peu intéressante. Une comédie dramatique indé de base mais qui a son charme… 3/4
neil
Invité
J’aime de plus en plus ta verve même si on n’est décidement rarement d’accord. L’histoire n’est certes pas trippante mais le traitement opéré par le réalisateur m’a plu. C’est un bon film, trop encensé on est d’accord (à l’image de Drive :p )
Jujulcactus
Invité
On est souvent sur la même longueur d’ondes, mais là je te suis pas…
S’il n’y a rien de révolutionnaire ou de quoi sauter au plafond, le film n’est pas banal, il a une couleur, un exotisme qui s’allie assez joliement avec ce drame familial, je n’y ai pas été insensible.

PS: Tu ne mets plus d’étoiles à tes critiques?

Viridinia
Invité
ah là mon pote, ça va etre dur d’etre d’accord avec toi…
le film est plaisant, et les deux personnages principaux, et aussi le beau père, sont assez interessents…ils sont plutot riches en émotion, en contradiction..

Apres le style, j’embarque dans mon voyage des teubés, c’est le nouveau cinéma mezzo indépendant (juno, sideways, away we go, little miss sunchine) mezzo intello bobo un peu con…mais payne s’en sort justement j trouve

apres de là a le couvrir de prix je suis d’acc avec toi…mais clooney reste meilleur que oldman et dujardin et di caprio par exemple

Jérémy
Invité
Tu es dur !
J’ai beaucoup aimé la légèreté du film, trop peu de drames du même caractère s’offrent sur les toiles.
Après je ne pense pas non plus que cela soit un grand film (je suis assez sceptique sur les nominations aux Oscars de cette année).
Portmaniaque
Invité
Ouah, moi qui me disait « Il faut absolument que j’aille voir The Descendants », ta critique m’a passé l’envie lol. Je pense que j’irai tout de même le voir, rien que pour la prestation de Clooney ^^.
Wolvy128
Invité
Je suis un peu moins sévère que toi sur ma note mais je dois reconnaître que je te rejoins sur pas mal de points. Un film décevant qui ne décolle jamais vraiment, la faute à un scénario assez plat et banal.
trackback
[…] THE DESCENDANTS, de Alexander Payne […]
trackback
[…] go« ). La présence de l’acteur-réalisateur le plus propret d’Hollywood (The Descendants, Les Marches du pouvoir…) dans Gravity ressemble plus à une figuration comico-dansante […]
trackback
[…] Oscars pour le second rôle qui l’a révélée face à George Clooney dans l’insipide The Descendants, semble destinée à suivre le même parcours que Jennifer Lawrence avec des petits rôles dans de […]