still_The-beach-bum

THE BEACH BUM

La fiche

Réalisé par Harmony Korine – Avec Matthew McConaughey, Isla Fisher, Snoop Dogg – Comédie – Etats-Unis – 2019 – 1h35

Garçon à l’esprit rebelle, Moondog n’obéit à aucune règle, sinon les siennes !  Alors qu’il pensait s’être constitué un petit trésor de guerre, son butin se volatilise. Mais Moondog est de la trempe des survivants et il renaîtra une nouvelle fois de ses cendres…

La critique du film

Sept ans après le succès du malpoli Spring Breakers, Harmony Korine décide d’en reprendre certains ingrédients pour son nouveau long-métrage, The Beach Bum : le soleil floridien, une intrigue quasi-inexistante, une bande-son soignée, de la défonce en tous genre et le génie Benoît Debie à la photo.

On y suit Moondog (Matthew McConaughey), poète mi-beatnik mi-hippie vivant dans l’archipel des Keys au sud de la Floride, et menant une existence peinarde. Le film commence sur sa rencontre avec un petit chaton qu’il adopte. Tout de suite, on nous fait comprendre que ce branleur magnifique est un type attendrissant, sorte de cousin cinématographique de Jeff « The Dude » Lebowski. Son quotidien ? Joints, déconne avec les pêcheurs du coin, sexe en mer et beaucoup de soleil. Ne cherchez pas l’ombre d’un conflit ici, Harmony Korine cherche avant tout à nous embarquer dans une tranche de la vie d’un type en vacances perpétuelles.

Film sensoriel et joyeux, où le protagoniste se laisse porter au gré du vent, The Beach Bum est avant tout une ode au plaisir. En effet, Korine s’amuse à créer une galerie de personnages déjantés incarnés par des stars (Isla Fisher, Snoop Dogg, Jonah Hill, Martin Lawrence, Zac Efron, Jimmy Buffett…) et contemple ce qui arrive à tout ce petit peuple de fêtards pétés de thunes et/où gentiment fêlés vivant une existence de rêve.

The beach bum
Si on peut reprocher au film cette absence d’une véritable intrigue (tout juste une vague histoire d’argent un peu brouillonne) et des personnages malheureusement trop creux, Korine se focalise autour de la figure de Moondog, au point d’impacter directement le film. En effet, le montage insuffle un rythme rapide au film – on imagine que certaines scènes ont dû laisser place à de l’improvisation vu le nombre de cuts – et le récit se construit comme une série de ricochets d’un endroit à l’autre, d’un personnage à l’autre , comme si Moondog faisait office de balle dans un flipper grandeur nature, ne tenant jamais en place. Un dialogue s’instaure entre deux personnages, mais leur positionnement dans l’espace où dans un lieu change d’un plan à l’autre, comme s’ils se téléportaient durant leur conversation. Un sentiment étrange s’empare alors du spectateur mais c’est l’effet voulu par Korine, cherchant à tordre la réalité et à nous forcer à nous adopter à son rythme particulier. Après tout, on est dans un stoner movie. Le tout dans une ambiance balnéaire qui donne furieusement envie de foncer à la plage, magnifiée par le travail d’un Benoît Debie revenu de son naturalisme « Audardien » sur Les Frères Sisters.

Une balade hallucinée

Ainsi, le réalisateur suit les pas d’un véritable « personnage » (Moondog en l’occurence), d’un marginal comme il en existe tant, et nous embarque dans une balade hallucinée d’une heure trente-cinq d’où une douce mélancolie parvient à s’extirper entre les bongs et les paires de seins. On retiendra de beaux et entêtants passages : cette jolie scène de danse nocturne entre Moondog et Minnie (Isla Fisher), l’invasion d’une villa par une bande de clochards célestes, où encore l’hilarant « Dolphin Tour » du capitaine Wack (Martin Lawrence) à une famille de touristes médusés.

The Beach Bum est donc une célébration de l’hédonisme dans un monde détraqué, une déambulation néon et sunlight avec une bande de gentils barges défoncés, mais également une quête de liberté absolue. Comme si le bonheur de Moondog passait par un rejet des conventions, mais surtout par le prisme d’une vie s’apparentant à d’infinies vacances ensoleillées. Le tout jusqu’à un final qui semble dire « nothing really matters, it’s all good fun ».

Pour peu qu’on embrasse pleinement la vacuité narrative et qu’on se laisse bercer tel Moondog sur l’océan Atlantique, The Beach Bum est une œuvre plaisante, nonchalante mais chaleureuse. Probablement l’une de ses œuvres les plus personnelles également, le réalisateur clamant la véracité de certains fait énoncés dans le film. Harmony Korine, désormais quinqua, laisse de côté la provoc adolescente de Spring Breakers où le côté « kraspec/white trash » de ses films (Gummo, Trash Humpers) pour un joli portrait de vieux loup cherchant juste à kiffer en paix et se marrer un bon coup… un spliff au bout des doigts, si possible.



La bande-annonce

Prochainement