featured_Repulsion.2

RÉPULSION

Glaçant

Une jeune manucure belge, Carole, travaille et vit à Londres avec sa sœur Hélène. Carole, introvertie, a des problèmes relationnels avec les hommes. Elle repousse Colin, qui la courtise et n’apprécie pas Michael, l’amant de sa sœur. Quand celle-ci part avec Michael, Carole sombre progressivement dans la névrose. Recluse, elle bascule dans la schizophrénie, et devient hantée par des bruits…

The descent.

Répulsion est l’histoire d’une névrose, celle de Carole Ledoux, charmante esthéticienne obsédée par les hommes. Le second long-métrage de Roman Polanski, le premier tourné en-dehors de la Pologne, suit la lente descente d’une femme vers la folie. De l’œil atterré de Carole qui constitue l’arrière-plan du générique initial jusqu’à l’œil diabolique de l’enfant ensuite, Polanski retrace le parcours tortueux d’un esprit qui décline. Il l’enserre entre quatre murs crépis d’un appartement, lieu clos, maussade et claustrophobique, théâtre privilégié des obsessions et des hallucinations chez le réalisateur (Rosemary’s Baby, Le locataire). Les rares moments à l’extérieur, dans la rue ou dans le salon de beauté où travaille la protagoniste, ne constituent en aucun cas une trêve à l’angoisse, ni pour Carole, ni pour le spectateur. On retourne alors à la maison, cette maison que Carole partage avec une sœur si différente d’elle-même.

Les problèmes s’amplifient précisément quand cette dernière décide de partir en voyage avec son époux, la laissant seule dans l’appartement avec pour étrange compagnie un lapin en putréfaction… Ici commence la confusion entre réalité et hallucination et la progressive descente aux enfers de son esprit, dans lequel Polanski suggère en creux, sans jamais le révéler, un traumatisme passé qui l’aurait irrémédiablement marqué jusqu’à la transformer en cette splendide et catatonique poupée assassine.

Écrit par Polanski et Gérard Brach, Répulsion est un objet de cinéma asphyxiant, entre réalisme fantastique et psychologique, dont l’efficacité repose sur la force expressionniste de la photographie en noir et blanc, les effets visuels audacieux et macabres et l’interprétation délicieusement ambiguë de Catherine Deneuve, au regard tour à tour bovin, glaçant, Barbie et démoniaque.

La fiche

RÉPULSION
Réalisé par Roman Polanski
Avec Catherine Deneuve, Yvonne Furneaux, John Fraser…
France, Grande-Bretagne – Drame, épouvante-horreur 
Sortie (version restaurée) : 24 mai 2017
Durée : 140
 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de