featured-pourquoi-mange-mon-pere

POURQUOI J’AI PAS MANGÉ MON PÈRE

Jérôme Seydoux, producteur et président de Pathé, est un mécène « généreux », fermement décidé à tuer la concurrence avec ses productions sans saveur qui monopolisent une trop forte majorité de salles, étouffant progressivement la diversité de l’offre culturelle. Lorsqu’il n’injecte pas des sommes astronomiques de sa compagnie pour financer les pitreries de Dany, il balance aveuglément des dizaines de millions pour produire un vilain conte en live-action avec princesse Léa Pathé-Gaumont dans le rôle titre. Mais comme les comiques surestimés restent son fond de commerce (Franck Dubosc, Kev Adams et cie…), celui-ci ne lésine pas sur les moyens lorsqu’il s’agit d’aider Jamel Debbouze à concrétiser son désir de réalisation.

Pourquoi j’ai pas mangé mon père a, des dires du principal intéressé, mis presque 7 ans à voir le jour. 7 ans. Vu le résultat à l’écran, on s’interroge : tant d’années et d’argent investis pour un rendu aussi décevant ? Clairement, la qualité de l’animation laisse à désirer. La faible expressivité des protagonistes du film saute aux yeux, la relative pauvreté des graphismes également.

Laborieux, désordonné et égotique

S’il est plutôt logique que cette production française ne tienne pas la comparaison avec Les Croods de Dreamworks ou même La planète des singes, on s’interrogera en revanche sur sa trop évidente filiation avec Le Roi Lion dont il s’inspire outrageusement au point de susciter notre scepticisme voire notre méfiance : l’introduction avec présentation du fils héritier à la foule bestiale déchaînée, la croissance accélérée du héros banni sur un tronc d’arbre, le singe « sorcier » qui a des visions et communique avec la nature… On notera enfin quelques « emprunts » à Harry Potter (et son Quidditch) ou encore Pocahontas pour ne citer qu’eux.

Outre les interrogations que déclenche Pourquoi j’ai pas mangé mon père, le film d’animation de Jamel Debbouze paraît trop laborieux puis désordonné, sur le plan narratif, et excessivement hystérique pour détendre petits et grands. Ce divertissement proclamé « pédagogique » par quelques voix partisanes reste résolument faiblard tant dans sa dimension instructive que dans son potentiel ludique.

Film sans personnalité, ou justement trop égoïste, Pourquoi j’ai pas mangé mon père a certainement procuré plus de plaisir à son créateur qu’il n’en donnera au public qui se rendra en salle pour le découvrir. Jamel, sa femme et ses amis s’éclatent, le public s’ennuie.

Chronique initialement publiée le 8 avril 2015



Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des