featured_Plaire-aimer-courir

PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE

Authentique

1990. Arthur a vingt ans et il est étudiant à Rennes. Sa vie bascule le jour où il rencontre Jacques, un écrivain qui habite à Paris avec son jeune fils. Le temps d’un été, Arthur et Jacques vont se plaire et s’aimer. Mais cet amour, Jacques sait qu’il faut le vivre vite.

Le temps d’aimer.

Après les décevants Métamorphoses et Les Malheurs de Sophie, l’annonce du retour en compétition cannoise de Christophe Honoré, onze ans après Les Chansons d’amour, avait de quoi nous faire espérer un retour d’inspiration chez le réalisateur. D’autant qu’en écrivant un film inspiré de ses souvenirs de premières amours en pleine épidémie du sida, le réalisateur a pris le risque de souffrir la comparaison avec l’un des films coups de coeur de la précédente édition, 120 battements par minutes. Mais on peut dire que Christophe Honoré a réussi son pari, les deux films ne partageant au final que leur humanité, leur énergie et leur foi en l’amour et la vie.

Suivant le fil conducteur d’un amour voué à l’évanescence entre un jeune étudiant et un écrivain trentenaire séropositif, Plaire, aimer et courir vite s’apparente avant tout à une chronique de l’homosexualité dans les années 90 où les prismes de la mort et de l’espoir se croisent. Jacques, qui ne vit plus l’amour que dans les souvenirs de ses histoires passées et ne résiste à la mort que pour son fils, va pourtant trouver chez Arthur un nouveau souffle pour vivre ses derniers instants sereinement. Leur histoire s’apparente à une sorte de passage de relais, Arthur, à l’heure des premiers émois et de la découverte de sa sexualité, trouvant dans son amour pour Jacques la force de s’assumer pleinement.

Ces deux personnages, chacun inspirés d’une facette de Christophe Honoré, se confondent avec le style de ce Plaire, aimer et courir vite. Si le réalisateur ne minimise pas l’ombre et la peur qui dominaient ces années là (la photographie est souvent froide, la maladie est montrée frontalement, la mélancolie n’est jamais loin), il la teinte en permanence de lumière, de poésie et d’humour. À ce titre, l’annonce de la séropositivité de Jacques à Arthur, faite au détour d’un malencontreux hasard, est particulièrement drôle et malicieuse, mais non dénuée de tension dramatique dans la façon qu’a Honoré de la mettre en scène (littéralement, Arthur voudra-t-il toujours suivre Jacques ?). On retiendra également la séquence où l’homosexualité secrète d’Arthur nous est dévoilée dans la nuit clandestine d’un parking. Certains auraient choisi d’insister sur l’ambiance un peu sordide, Christophe Honoré préfère célébrer les corps qui se cherchent dans un ballet de séduction d’une poésie rare.

La réalisation de Christophe Honoré apparaît ainsi comme particulièrement juste, dans son habilité à reprendre les traceurs du style du cinéaste (écriture très littéraire, goût pour la citation, mise en scène précise et soignée…) et d’y adjoindre une plus grande authenticité et une recherche de réalisme. Une part de la réussite de ce subtil mélange des genres revient aux deux comédiens principaux qui s’approprient les dialogues de Christophe Honoré. Pierre Deladonchamps y apporte une émotion palpable et empreinte de vérité. Vincent Lacoste, que l’on n’aurait au départ pas imaginé dans l’univers du cinéaste, apporte lui sa fougue, son naturel et son audace. Réunis par la verve de l’auteur et par la force du récit, les deux comédiens forment un couple inattendu qui transcende l’écran.

Plaire, aimer et courir vite occupe ainsi une place à part dans la filmographie de Christophe Honoré, qui réussit à s’émanciper de son cadre habituel pour offrir un oeuvre plus personnelle traversée par une émotion authentique. Sûrement son plus beau film depuis Les Chansons d’amour.

La fiche
plaire aimer et courir vite

PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE
Réalisé par Christophe Honoré
Avec Pierre Deladonchamps et Vincent Lacoste…
France – Drame, romance

Sortie : 10 mai 2018
Durée : 132 min




Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des