still_oblivion2

OBLIVION

2077 : JACK HARPER, EN STATION SUR LA PLANÈTE TERRE DONT TOUTE LA POPULATION A ÉTÉ ÉVACUÉE, EST EN CHARGE DE LA SÉCURITÉ ET DE LA RÉPARATION DES DRONES. SUITE À DES DÉCENNIES DE GUERRE CONTRE UNE FORCE EXTRA-TERRESTRE TERRIFIANTE QUI A RAVAGÉ LA TERRE, JACK FAIT PARTIE D’UNE GIGANTESQUE OPÉRATION D’EXTRACTION DES DERNIÈRES RESSOURCES NÉCESSAIRES À LA SURVIE DES SIENS. SA MISSION TOUCHE À SA FIN. DANS À PEINE DEUX SEMAINES, IL REJOINDRA LE RESTE DES SURVIVANTS DANS UNE COLONIE SPATIALE À DES MILLIERS DE KILOMÈTRES DE CETTE PLANÈTE DÉVASTÉE QU’IL CONSIDÈRE NÉANMOINS COMME SON CHEZ-LUI.

Après Tron : L’héritage, Joseph Kosinski revient sur grand écran avec un film de SF qui privilégie l’ambiance au scénario. En effet, si vous cherchez dans cette série B prétentieuse un semblant de crédibilité, vous aurez du mal à faire passer la pilule. Il semblerait que le réalisateur ait décidé de s’appuyer sur son seul atout : savoir marier de belles images galactiques avec une B.O planante et ample. Nombreux étaient ceux qui avaient trouvé son précédent métrage beau mais superficiel et vide. Il est fort probable que ces mêmes cinéphiles ressortent d’Oblivion avec une impression similaire tellement celui-ci pêche par excès de bon sentiment, par une maladresse évidente dans les moments clés rendant les scènes de « twist » assez grotesques. Il faut dire que les interprètes n’aident pas à rendre la chose crédible : Tom Cruise est toujours aussi peu expressif et Olga Kurylenko ne rattrape pas sa piètre prestation dans le crispant To the wonder de Malick. Seule Andrea Riseborough et Morgan Freeman sauvent les meubles (et encore!). Un manque total d’originalité et de tension dramatique, des acteurs à la peine, des rebondissements grotesques… la liste des défauts d’Oblivion pourrait être longue et ce n’est ni une campagne de marketing réussie ni une bande-son ambitieuse et appréciable qui sauveront ce navet de l’indifférence qu’il mérite.

JOSEPH KOSINSKI | FANTASTIQUE | USA | 126 MIN | 10 AVRIL 2013 | TOM CRUISE, ANDREA RISEBOROUGH

 




10
Poster un Commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
WilyrahTheCafeBookcopa738Thom Left Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Thom Left
Invité
Thom Left
Autant dire tout que je ne suis absolument pas d’accord avec toi. Il n’est certes pas le film SF de l’année, mais il a le mérite d’être divertissant. Quand au casting, il n’est pas parfait (sauf exception…) mais il tient la route. Et contrairement à d’autres films SF (dont je tairai le nom) le scénario tient plus ou moins la route.
Il est clair que le film souffre de sa « gentillesse » et manque cruellement de souffle épique, mais malgré cela, il remplit son cahier des charges en tant que divertissement visuellement très beau.
Thom Left
Invité
Thom Left
Je n’ai jamais dit que Prometheus était moche… au contraire, c’est la seule bonne chose de ce navet ^^
copa738
Invité
C’est marrant ça 🙂 Sans crier au chef d’œuvre, je dirai que c’est un très bon divertissement, sans prétention, avec quelques belles trouvailles, du spectacle, et une intrigue qui tient en haleine.
TheCafeBook
Invité
Je suis d’accord avec les 2 commentaires au dessus de moi, ce n’est pas le film de l’année mais ca reste un bon divertissement et visuellement, c’est beau!

Si cela vous intéresse, j’ai également écrit une critique sur Oblivion:
http://thecafebook.com/fr/oblivion-tom-cruise-doit-encore-sauver-l-humanite-v-32.htm

TheCafeBook
Invité
Bonjour, le site est encore en version beta mais les commentaires sont maintenant ouverts 🙂
trackback
[…] riquiquis et ses pitchs classiques, celui de la SF d’anticipation. Total Recall (le remake), Oblivion, la liste des navets idiots et superficiel peut être longue si l’on s’y attardait […]
trackback
[…] OBLIVION – JOSEPH KOSINSKI […]