featured_Moi-daniel-blake

MOI, DANIEL BLAKE

8
Déchirant

Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider…

Nous, Daniel Blake.

En mai dernier, tout fraîchement sorti de sa retraite, Ken Loach recevait sa deuxième Palme d’Or pour le déchirant Moi, Daniel Blake. Fiction nécessaire sur les rouages d’un système « d’aide à l’emploi » aux failles (non fictives) de plus en plus incohérentes et cruelles, ce nouveau dernier film du grand cinéaste britannique est un cri de colère né du recueil d’innombrables témoignages parvenus à son ami (et scénariste attitré) Paul Laverty et lui-même. Ensemble, ils signent une nouvelle fable humaniste à la portée quasi-universelle. 

> > > Lire aussi : notre entretien avec Ken Loach

Comme souvent, la caméra de Loach se place à hauteur d’homme et raconte le destin de laissés pour compte. Daniel, menuisier veuf arrêté par son médecin suite à ses problèmes cardiaques, se retrouve sans dédommagement financier et doit s’engager dans une procédure interminable et labyrinthique pour faire valoir ses droits élémentaires. Sa voisine, Katie, se démène pour remplir l’assiette de ses enfants. Une solidarité poignante va naître entre ces deux personnes démunies, offrant en parallèle d’un manifeste politiquement marqué, une histoire humaniste profondément touchante. Car si Daniel Blake a le coeur en panne, le film, lui, fait battre le notre avant de le laisser en petits morceaux. Bouleversant. 

La fiche

thb_moi-daniel-blake

MOI, DANIEL BLAKE
Réalisé par Ken Loach
Avec Dave Johns, Hayley Squires, Dylan McKiernan…
Grande-Bretagne – Drame
Sortie : 26 Octobre 2016
Durée : 99 min




2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
LaurentYnausicaa Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Ynausicaa
Invité
Ynausicaa
On est sidéré tout le long, indigné et en colère.
De part ma profession, je reconnais certaines situations ubuesques qui donnent envie de hurler et de se battre contre l’administration qui oublie souvent, qu’en face, ce sont des personnes.
La fin m’a retourné, j’etais très émue à la fin de la projection.
Un film nécessaire et vrai. Boulversant.
Laurent
Invité
Bonjour…
Un film nécessaire, qui fait parfois mal (mais c’est un mal nécessaire).
Merci Mister Loach, pour toute cette humanité !