livre-images-godard

LE LIVRE D’IMAGE

Abscons

Selon Jean-Luc Godard, il s’agit d’un film en six parties dont les cinq premières constituent « une très longue introduction […] comme si avant de voir la main, on voit séparément les cinq doigts », la sixième étant « une espèce de fable » sur une fausse révolution conçue par un chef d’un émirat fictif privé de ressources pétrolières.

Recoller le monde.

Cannes et Jean-Luc Godard : L’affection de Thierry Frémaux pour le travail (et la figure ?) de Jean-Luc Godard n’est plus à démontrer si l’on en croit les nombreuses mains tendues au réalisateur d’À bout de souffle depuis des années. Après une sélection à Un Certain Regard en 2010 pour Film Socialisme, un Prix du Jury en 2014 pour Adieu au langage et deux utilisations de ses films sur des affiches officielles (Le Mépris en 2016 et Pierrot le Fou en 2018), on peut dire que tout (ou presque) a été fait et pensé pour attirer le cinéaste jusqu’à la Croisette. Sa présence en compétition vient aujourd’hui boucler un cycle cinématographique et politique cinquante ans après les événements de mai 1968.

Notre avis : Il faudrait des heures et des heures pour décoder signe par signe la proposition expérimentale de Jean-Luc Godard, pour saisir pleinement la logique interne d’un film-collage qui paraît poser à même l’écran toutes les obsessions du réalisateur. Reste à savoir qui veut encore s’incruster dans son esprit et comprendre ce qui ressemble à une tempête sous un crâne, aux dernières lubies d’un auteur cherchant la (dé)construction. Les aficionados seront conquis par l’entreprise et verront en elle du génie dans un long-métrage radical quand les autres tenteront de passer leur chemin tranquillement, préférant s’éloigner d’une philosophie et d’un propos inévitablement confus. À chacun de choisir son camp.

Accueil des festivaliers : Beaucoup craignaient cette projection, vécue comme « une souffrance » ou, au contraire, comme la possibilité de vivre une expérience de cinéma unique dans un cadre privilégié. Au final, les sièges du Palais des festivals ont longuement claqué en présentation officielle (autant dire que les spectateurs se ruaient hors de la salle par dizaine … !) avant de maigres applaudissements (à peine trois minutes) en toute fin de séance.

Palmomètre : Seul un Prix du Jury semble envisageable mais Jean-Luc Godard l’a déjà obtenu il y a quatre ans pour Adieu au langage. Difficile donc d’imaginer un doublé.

La fiche
livre d'images affiche

LR LIVRE D’IMAGE
Réalisé par Jean-Luc Godard
France – Expérimental

Sortie : 2018
Durée : 94 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de