still_lespetitsmouchoirs

LES PETITS MOUCHOIRS

A la suite d’un événement bouleversant, une bande de copains décide, malgré tout, de partir en vacances au bord de la mer comme chaque année. Leur amitié, leurs certitudes, leur culpabilité, leurs amours en seront ébranlées. Ils vont enfin devoir lever les « petits mouchoirs » qu’ils ont posés sur leurs secrets et leurs mensonges.

Après le très réussi Ne le dis à personne, adapté d’un roman de Harlan Coben, Guillaume Canet a écrit lui-même l’histoire de son nouveau film Les Petits Mouchoirs. Pour le réaliser, il s’est entouré de plusieurs amis en offrant des rôles à Marion Cotillard, Gilles Lellouch, François Cluzet – tous les trois très bons ceci dit – et même Mathieu Chedid qui s’offre une brève apparition au début du film.

Il pouvait exister un petit appréhension quant à la longueur du film avant de le visionner. Presque 2h30, cela parait beaucoup pour raconter les (més)aventures amicales et sentimentales d’une bande de potes privilégiés qui passent deux semaines sur la côté atlantique, laissant leur ami sur un lit d’hôpital après qu’il ait été renversé en scooter. Égoïste n’est-ce pas ? Il est vrai que les questionnements personnels du genre « Suis-je un bon ami? », « Suis-je enceinte? », « Pourquoi je fantasme sur mon meilleur pote? », « Pourquoi je n’arrive pas à garder une relation stable? » ou encore « Pourquoi elle m’a quitté? » sont des soucis plus importants que celui de voir son ami en soins intensifs après s’être mangé un camion en scooter…

Trêve d’agacement, si l’on ferme les yeux volontiers sur cette incohérence sur laquelle repose le début et la fin du film, l’oeuvre de Canet peut paraître plutôt sympathique et réussie avec des personnages bien incarnés dans l’ensemble. On sent le vécu et le personnel dans certains protagonistes qu’a imaginé Canet sur une base auto-biographique. La mise en scène et l’alchimie entre les acteurs sont plutôt bonnes, ce qui est déjà un bon point pour réussir ce genre de film. Au final, les deux heures passent plutôt bien, sans véritable ennui (bonne surprise donc), jusqu’à ces dernières vingt-cinq minutes complètement ratées (voire catastrophiques), avec cette conclusion moralisatrice et affreusement pathos.




7
Poster un Commentaire

avatar
7 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
bruno31100NeilMy DiscoveriesDasolaBruno Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Redrum
Invité
Je suis d’accord avec toi sur l’incohérence du postulat de base sur lequel repose le film, ainsi que sur cette fin « WTF » proposée par Canet… Je serais même plus sévère, ayant certes trouvé le film sympathique mais globalement « fourre-tout » et très déséquilibré, jusque dans la B.O complètement foutraque du film. Un mauvais souvenir.
Bruno
Invité
Des bobos attachants. Je suis globalement d’accord avec votre critique: le film frise à la fois avec le bon et le moins bon. C’est vrai que la fin est niaise à en mourir…
Dommage, car la scène d’ouverture était particulièrement réjouissante.
Dasola
Invité
Bonjour Wilyrah, voici un film que je n’ai pas du tout envie de voir ni au cinéma, ni en dévédé. Je n’avais pas beaucoup aimé Ne le dis à personne. Bonne après-midi.
My Discoveries
Invité
je n’ai pas pu voir ce film au ciné, mais je compte bien le voir dès que possible à la télé! Je le regarderai donc avec ta critique en tête pour ne pas être trop déçue ;o)
Neil
Invité
Je n’ai pas non plus été emporté par l’ensemble, même si certaines situations sont pas mal faites. Ce côté « bobos en vacances » m’a énervé, tout comme cette fin horripilante.
trackback
[…] le film de potes inégal Les petits mouchoirs et le très réussi Ne le dis à personne, Guillaume Canet présentait cette semaine son nouveau […]
bruno31100
Invité
bruno31100
j’aime le bassin d’Arcachon, mais pas sa populace comme dans le film; qu’il est gros le paquet de mouchoirs; il faudrait pleurer sur le sort de ces parigots pleins aux as; grosse déception; suis resté jusqu’au bout par fidélité vis à vis des acteurs du film