maitres du temps 5

LES MAITRES DU TEMPS

Lointaine est la planète Perdide. Après que sa famille fut attaquée et massacrée par les frelons, Piel se retrouve seul dans une foret colorée, avec comme seul ami Mic, son petit micro. Jaffar, un ami de son père, à l’autre bout du cosmos, doit lui venir en aide et le maintenir en vie à distance.

Critique du film

La carrière de René Laloux est riche de trois long-métrages, tous des films d’animation. Cela peut paraître peu, et pourtant ces trois films, complétés par plusieurs courts métrages, ont contribué à donner ses lettres de noblesses aux dessins animés, en France, mais aussi à l’international. Même dans une filmographie aussi courte, on trouve un film qui cache tous les autres. En effet, Laloux, avec la collaboration de l’illustrateur Roland Topor, a réalisé un film sublime en 1973, La planète sauvage. Celui-ci avait eu les honneurs de la grande compétition cannoise, y avait décroché un prix spécial, et eut rapidement une renommé gigantesque, faisant entrer tout un pan du cinéma dans « l’âge adulte ».

En effet, pour la première fois sans doute, si on occulte un monument comme Le roi et l’oiseau (1980) de Paul Grimault peut-être plus enfantin, on a affaire à de l’animation dont la cible est les adultes. La planète sauvage est une telle réussite que les deux autres long-métrages de Laloux semblent sous un éteignoir presque éternel.

Perdide

Pourtant, en 1981, sort Les maîtres du temps, film d’une heure et dix-huit minutes, toujours dans un univers de science-fiction, habité de la même poésie que son prédécesseur. Tout comme celui-ci, il est une adaptation libre d’un roman de Stefan Wul, L’orphelin de Perdide. Wul fut une des grandes plumes de l’âge d’or de la littérature de l’imaginaire française, avec des romans phares comme Niourk ou Oms en série que Laloux adaptera sous le titre de la Planète sauvage. Pour l’identité graphique du film, on retrouve un des mythes de la bande-dessinée française, Jean Giraud, alias Möbius, son avatar dès qu’il est question de science-fiction. Aux dialogues, c’est Jean-Patrick Manchette qui officie, lui aussi un nom très connu dans le milieu de ces années 1980.

S’il semble bien né, le film est pourtant beaucoup plus chaotique que cela. En effet, financer un film d’animation, que ce soit au tournant des années 1970 ou aujourd’hui, relève du tour de force. Les techniciens hongrois choisis pour animer le film ont été souvent pointés du doigt pour leur travail trop rudimentaire qui aurait mal vieilli. Les critiques sont nombreuses sur cet aspect plastique et sont sûrement pour beaucoup dans l’invisibilisation du film après sa sortie en salle.

dolongs
Les maîtres du temps a sans doute gagné son public grâce à sa diffusion à la télévision, alors publique, un dimanche soir sur TF1 en 1984. En plein boom de l’univers Star Wars, les aventures de Piel et Jaffar ont cristallisé quelque chose de l’imaginaire de l’époque, devenant une référence pour toute une génération qui découvrait le cinéma et sa cinéphilie. Les réussites du film sont multiples. Tout d’abord un univers sonore unique : on pense évidemment aux chansons du film composées par Jean-Pierre Bourtayre, mais également à toutes les créations qui ponctuent chaque personnage, action, et découverte liée à l’univers étrange de Perdide. D’une certaine façon, Les maîtres du temps s’écoute autant qu’il se regarde, et chaque souvenir lié aux images renvoie à un son créé spécifiquement pour lui. Ce soin du détail dans la création d’un imaginaire est pour beaucoup dans la renommé de René Laloux.

Jad
Ensuite, dans son adaptation du texte de Wul, Laloux a accentué l’aspect space opera. En effet, les deux personnages principaux sont à des points très éloignés l’un de l’autre. Jaffar doit venir à la rescousse du petit garçon, mais pour y arriver il doit franchir plusieurs étapes importantes et effectuer un très long chemin. Toutes les sous-intrigues développées dans cette odyssée densifie le tissu narratif de l’histoire avec toute une galerie de personnages tous plus fascinants les uns que les autres. Pour exemple, le passage des pirates de Gamma 10. L’espace de quelques scènes, Jaffar et sa petite troupe se retrouvent sur une planète, très inhospitalière, peuplée d’être ressemblants à des anges ailés sans visages. Métaphore de la disparition de l’individu au profit du collectif, et peut être une critique acerbe de l’Union soviétique, ce moment est une splendeur visuelle et poétique, qui culmine avec le sacrifice du prince Matton, sorte de vilain antipathique qui obtient sa rédemption dans un très beau moment de cinéma.

Piel et Mic
Enfin, et sans doute la vertu principale de la mise en scène, c’est d’avoir fait oublier son titre. Pendant toutes ces aventures, on ne pense pas à ses fameux maîtres du temps, leur rôle dans l’histoire notamment. L’immersion dans la course poursuite qui doit amener Jaffar sur Perdide a fait passer les autres enjeux, pourtant évidents, au second plan. À ce titre, le final et son dénouement sont un tour de force magistral qui cloue sur place par sa complexité et sa force dramatique. La surprise créée est à la hauteur de l’attente. Cette estocade qui fait vriller tout l’équilibre de l’histoire battit scrupuleusement pendant une heure est comme une brûlure qui ne s’éteint jamais. Chaque instant est revisité, revu, à l’infini, pour toujours. La grande sensibilité qui habite chaque plan des Maîtres du temps permet de surmonter les écueils formels et l’apparente complexité narrative qui peut en dérouter plus d’uns non familiarisés avec ce type de récits.

Gamma 10
En 2020, le film n’existe plus en support physique, et n’a fait que très peu l’objet de projections publiques. Il est fort heureusement visible sur des plateformes de streaming de vidéos en ligne, ce qui lui permet de ne pas avoir totalement disparu. A ce titre il est étonnant de noter que la première édition vidéo des Maîtres du temps fut américaine et non française, écho à la volonté de Laloux de revendiquer que la version originale était bel et bien la version doublée en anglais.

Au delà des modes, des évolutions techniques et de son aspect ancré dans le genre, il faut voir Les maîtres du temps. Sa poésie et son humanisme flamboyant, magnifié par des décors inoubliables, sont créateurs de cinéphilie, au sens propre, c’est à dire d’amour du cinéma. Secourons Piel tant qu’il est encore temps, et rappelons que René Laloux fut un géant trop méconnu du cinéma mondial.


Disponible sur Youtube 


Chaque jour, dans les Séances Buissonnières, un membre de l’équipe vous recommande un film disponible actuellement en VOD / SVOD