featured_Les-hommes-du-feu

LES HOMMES DU FEU

Décevant

Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L’été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade… Plongée dans la vie de ces grands héros : courageux face au feu, mais aussi en 1ère ligne de notre quotidien.

Feu de paille.

Qu’est-il arrivé à Pierre Jolivet ? Une chronique dans l’univers des pompiers semblait du tout cuit pour ce réalisateur avec une forte préférence pour le cinéma social et qui a toujours su parfaitement l’intégrer dans un récit où les personnages sont au centre de tout. Si les vecteurs de son cinéma sont bien là, le réalisateur n’a pas su les maîtriser comme à son habitude. Alors qu’il réussit plutôt bien son immersion, filmant au plus près et dans toute sa diversité le quotidien de ces Hommes du feu, le film peine par contre à convaincre dans sa trame narrative. Tiraillé entre une volonté documentaire de ne pas s’attacher à un personnage en particulier et le besoin de donner corps à chacun d’entre eux, Pierre Jolivet opte pour un récit choral. Mais un récit choral qui veut traiter trop de choses, et qui du coup les survolent de manière grossière. Ainsi chaque personnage est un archétype sans nuances, du chef au grand cœur à la nouvelle recrue féminine, en passant par le macho et le beau-gosse. Sans oublier le pompier homosexuel, dont le rôle se résume à montrer qu’être homosexuel et pompier n’est pas incompatible…

Dans le même registre, partant toujours d’une bonne volonté mais traitées sans aucune subtilité, les intrigues se succèdent comme dans un catalogue. La bonne volonté des acteurs (Roschdy Zem et Emilie Dequenne en tête) ne suffit pas à donner du relief à des dialogues trop écrits, dont le côté didactique sonne faux dans un film qui se veut ancrer dans le réel. On s’agace d’autant plus que, lorsqu’il abandonne sa narration grossière pour filmer les interventions des pompiers, Pierre Jolivet arrive à faire corps avec eux. On suffoque lors des séquences d’extinction de feux, on est sous tension lorsqu’il s’agit d’agir vite sur un accident de la route, on est retourné à la découverte d’une femme pendue et on est pétrifié à la vue du théâtre surréaliste qu’a laissé une scène de violence conjugale. Ces quelques instants de cinéma viscéral n’arrivent cependant pas à gommer le sentiment d’inachevé qui domine Les Hommes du feu, d’autant plus de la part d’un réalisateur qui est habituellement très à l’aise avec la narration cinématographique.

La fiche

LES HOMMES DU FEU
Réalisé par Pierre Jolivet
Avec Roschdy Zem, Emilie Dequenne, Michaël Abiteboul…
France – Drame
Sortie : 5 juillet 2017
Durée : 90
 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de