still_leprenom

LE PRÉNOM

1
Calvaire

Vincent, la quarantaine triomphante, va être père pour la première fois. Invité à dîner chez Élisabeth et Pierre, sa sœur et son beau-frère, il y retrouve Claude, un ami d’enfance. En attendant l’arrivée d’Anna, sa jeune épouse éternellement en retard, on le presse de questions sur sa future paternité dans la bonne humeur générale… Mais quand on demande à Vincent s’il a déjà choisi un prénom pour l’enfant à naître, sa réponse plonge la famille dans le chaos.

Le film commence par une introduction hyper bavarde destinée à présenter les personnages de façon soi-disant comique. Cette séquence est enlevée, énergique et l’on sent que ses auteurs en sont fiers. Le problème c’est qu’elle est pénible. Ainsi, on est soulagé quand ça s’arrête et que Vincent (Patrick Bruel) pénètre dans l’appartement et que « le film » peut enfin débuter. Fier comme un taureau, le père Bruel annonce à ses proches qu’il va nommer son fils Adolphe (ce qu’on voit venir à des kilomètres lorsqu’il dit que le prénom commence par un A). Inévitablement, ses amis (le musicien modéré, le gaucho intello, la soeur aimante) lui tombent dessus en tentant de lui faire entendre raison : « mais tu ne vas pas appeler ton fils comme ça ! ». Voilà le propos de départ qui va être responsable d’une avalanche de pseudo-débats bien pensants entre le mec de droite et le mec de gauche – avec l’armée de clichés qui va avec. Ce combat de coq devrait entrer au Panthéon des séquences caricaturales et grotesques, les deux pitres (désolé, je n’appelle pas ça des acteurs) se reprochant tour à tour de lire Telerama, d’avoir une Rolex, de trop bien parler français, de rouler en Audi, d’être radin, d’être égoïste et j’en passe. 

Que ce soit dit immédiatement : j’ai détesté ce film. J’ai détesté ce film car pour la première fois de ma vie j’ai failli vraiment quitter la salle. J’ai détesté ce film parce que cela ressemble à une prise d’otage où l’on serait obligé de supporter heure et demie d’engueulades sans fin, de clichés à la pelle et surtout cinq personnes absolument odieuses et terriblement mal interprétées. Le pire dans l’affaire est que ce n’est que très rarement drôle. Tout est trop écrit, lourd, visible, et les effets comiques tombent à plat, à cause d’acteurs qui cabotinent outrageusement (ils n’ont pas du saisi la différence entre théâtre et cinéma) et à deux metteurs en scène qui n’ont pas réussi à faire la transition. Si Le Prénom a été vendu partout comme le digne successeur du Dîner de Cons, ce pauvre Jacques Villeret doit se retourner dans sa tombe. Jamais il n’approche l’élégance et la finesse d’une telle oeuvre. Essayant de nous rejouer Un air de famille où les règlements de compte vont se succéder, cette comédie de boulevard qui se veut chic et satyrique n’est au final qu’un désastreux Carnage qui devrait vous conduire à ingurgiter quelques litres de bière ou consulter votre cardiologue pour vous remettre de ce spectacle hystérique. Pour conclure, je citerais l’un des personnages (Elisabeth) qui à un moment du film exprime le fond de ma pensée : « arrêtez pitié, c’est insupportable« . 

A. DE LA PATELLIERE & M. DELAPORTE | FRA | 109 MIN | 25 AVRIL 2012 | PATRICK BRUEL, CHARLES BERLING



0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
neil
8 années il y a

D’accord avec toi pour dire que le film ne s’approche jamais de la finesse du Diner de con, de Carnage ou bien d’Un air de famille. Après bon, la séance ne m’a pas parue terriblement pénible. J’ai trouvé que ça passé, c’était trop théâtral certes m’enfin bon… (je dois être très bon public)

Le TrAin FAntome
Le TrAin FAntome
8 années il y a

Ne va pas voir « Dépression et des potes » non plus si tu ne veux pas t’énerver encore plus. Je pense même que ce film est inférieur au Prénom, et pourtant, on est déjà très bas.

Vive les comédies françaises en 2012 !

Zogarok
8 années il y a

Dans ton émotion, tu as oublié un mot (« j’ai failli quitter la salle »). J’ai eu la même réaction que toi, pour des raisons similaires : on est dans le délire petit-bourgeois, avec toute la médiocrité de l’univers beauf-parisianiste. Les bobos de gauche face aux bling-bling de droite (Bruel est bien dans son rôle) : triste dualité et triste réalité.

trackback
7 années il y a

[…] LE PRENOM, Alexandre de La Patellière […]

trackback
6 années il y a

[…] la question après avoir enduré l’interminable et affligeante non-adaptation de la pièce Le prénom, portée à l’écran par le tandem franco-français La Patellière-Delaporte. On est en […]

trackback
6 années il y a

[…] ayant remporté l’adhésion du public étaient loin d’être des perles (insupportable Le Prénom, désolantes Dany-bouses et affligeante suite des Bronzés…) si l’on excepte quelques […]

8
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x